BFMTV

Législatives en Grande-Bretagne: les 5 vidéos à retenir

La campagne pour les élections législatives britanniques a globalement été d'un mortel ennui pour l'opinion. Quelques séquences toutefois pimenté ces dernières semaines. L'occasion de s'intéresser aux principaux candidats.

Si le Financial Times les qualifie d'élections "les plus imprévisibles de notre temps", la campagne pour les législatives britanniques a globalement été atone. En dépit de l'énergie déployée dans la dernière ligne droite, aucun parti n’obtiendra une majorité, selon les sondages.

Les conservateurs et les travaillistes sont au coude à coude, oscillant chacun entre 32% et 36% des suffrages, ce qui sera largement insuffisant pour gouverner. Mais ce suspense passionne peu les Britanniques.

La campagne a néanmoins été rythmée par quelques séquences à échanger à l'heure du thé.

>>> A lire aussi: Législatives britanniques: Cameron et Miliband cherchent des alliés pour gouverner

Le selfie de la honte

Nick Clegg, 48 ans, est le vice-Premier ministre sortant. Chef de file de la formation centriste, il est l'arbitre incontournable de l'après-scrutin.

L'ancien député européen aux allures de gendre parfait a assisté à une scène gênante le 1er mai lors d'une visite sur le campus du Solihull College dans l'ouest de l'Angleterre. Un étudiant s'est en effet approché du leader des Libdem pour prendre un selfie. Mais, les mains vissées sur son téléphone, le jeune homme n'a pas pu empêcher son pantalon de tomber.

Résultat, la tentative de selfie a été avortée et la séquence filmée par la caméra de Sky News largement relayée sur la Toile.

"Certaines personnes n'ont peut-être pas écouté mes avertissements sur la nécessité de se serrer la ceinture", s'en est amusé Nick Clegg sur son compte Twitter.

Un hot dog et une fourchette

A 48 ans, David Cameron, le Premier ministre conservateur, brigue un second mandat. Champion de la communication aseptisée, le chef de file des Tories a été raillé début avril sur les réseaux sociaux pour avoir mangé un hot dog avec des couverts.

"Je suis allé dans une école très chic, j'ai eu une éducation très privilégiée. Je n'ai jamais essayé de le cacher, je ne vais pas changer mon accent ou ma façon de parler", assume David Cameron.

Il cherchait peut-être à éviter d'être pris en photo comme son adversaire en mangeant un sandwich au bacon. Une photo qui a d'ailleurs fait la couverture du tabloïd conservateur The Sun.

Autre petite bourde de communication, alors qu'il tentait de soigner son image cool, David Cameron a déclaré lors d'un discours fin avril qu'il soutenait l'équipe de foot de West Ham United alors qu'il est est connu comme supporter d'Aston Villa. Pour se rattraper, le Premier ministre a incriminé le script de son discours.

Ed Miliband sexy?

Avec ses yeux exorbités et sa voix nasillarde, le leader des travaillistes était parti avec un gros handicap dans cette campagne. Mais Ed Miliband, 45 ans, est devenu mi-avril l'idole de jeunes utilisatrices de Twitter, qui ont arrosé le réseau social de détournements sexy à l'aide du mot clé #milifandom (fandom désignant les fans de stars tels Justin Bieber ou les One Direction, souvent des adolescentes).

Nigel Farage provoqué en duel

En tête des sondages cet hiver, Nigel Farage n'est plus à la fête. L'europhobe est talonné par les candidats conservateur et travailliste, après une campagne menée dans la douleur et sans relief, loin des flamboyances de l'an passé. Le leader du parti anti-européen Ukip pourrait jouer plus que sa survie politique. Un riche homme d'affaires de Londres, se présentant comme un prince polonais, a en effet défié l'ancien trader de 51 ans.

Dans une vidéo postée sur Youtube, Yanek Zylinski accuse Nigel Farage de s'en prendre de manière "idiote" aux immigrés, notamment polonais, dans ses discours. "Trop c'est trop, M. Farage, je vous provoque en duel", dit-il, en brandissant le sabre que portait son père lorsqu'il avait mené une charge à cheval contre l'armée allemande en 1939, au début de la Seconde guerre mondiale.

Une parodie avec des sosies

Avec une seule députée à la Chambre des communes, le Green Party of England and Wales ne pèse pas très lourd sur la scène politique britannique, 5% dans le "poll tracker" de la BBC. Mais il sait se faire entendre. Le parti écologiste a en effet diffusé le 8 avril un spot électoral qui fait beaucoup réagir outre-Manche.

Au programme, des sosies - assez ressemblants - de David Cameron, premier ministre conservateur candidat à sa succession, et de ses adversaires Nick Clegg, Ed Miliband et Nigel Farage. Tous les quatre sont y sont montrés comme des partisans de l'austérité défendant les mêmes politiques.