BFMTV

Terrorisme: "l'Allemagne est clairement une cible"

Un camion a foncé ce lundi 19 décembre sur la foule lors d'un marché de Noël dans le centre de Berlin. Faisant au moins douze morts et 48 blessés. La piste privilégiée par la police est celle d'un attentat.

Alors qu'un semi-remorque s'est lancé dans la foule à Berlin ce lundi, la police évoque l'hypothèse d'un attentat terroriste. Sur le modèle de l'événement tragique survenu à Nice le 14 juillet dernier. La police de Berlin a annoncé mardi qu'elle traitait comme un "probable attentat terroriste" l'affaire du camion qui a foncé dans un marché de Noël de la capitale allemande faisant douze morts et 48 blessés.

Jusqu'à présent, le pays était épargné par des attaques jihadistes d'ampleur. "Il n'y avait pas la psychose de peur qu'il y a en France. La conscience du risque était moindre en Allemagne", indique le spécialiste Michel Meyer.

Mais depuis plusieurs mois, des attentats islamistes ont été commis et d'autres projets ont été déjoués. Le 18 juillet, un jeune demandeur d'asile de 17 ans, affirmant être afghan, agresse les passagers d'un train à coups de hache et de couteau près de Wurtzbourg, en Bavière. Cinq personnes sont blessées et Daesh revendique l'attentat, une première en Allemagne. 

Six jours plus tard, le 24 juillet, un jeune syrien de 27 ans se fait exploser dans le centre d'Ansbach, une ville de 40.000 habitants en Bavière. Il est tué dans la déflagration, tandis que quinze personnes sont blessées. L'agence Amaq, un organe de propagande de l'Etat islamique, affirme que l'auteur de l'attentat est l'un de ses "soldats".

"L'Allemagne est clairement une cible"

Le 30 octobre, l'EI revendique le meurtre d'un adolescent commis quinze jours plus tôt à Hambourg. Selon la police, la victime âgée de 16 ans avait été poignardée alors qu'elle était en compagnie d'une amie. Les autorités allemandes n'ont jamais arrêté de suspect, mais recherchent un individu âgé de 23 à 25 ans de type "méditerranéen".

Nicolas Hénin, consultant pour BFMTV, a rapporté que "plusieurs magazines publiés par l'Etat islamique mais pas seulement ont relayé plusieurs appels à frapper" ce pays. Le spécialiste a également évoqué "des placards présents dans les magazines, qui représentaient par exemple l'aéroport ou des grands sites de Berlin et d'autres villes". "L'Allemagne est clairement une cible et c'est quelque chose qui n'est pas nouveau", a-t-il ensuite expliqué.

"Il y a eu des alertes précises", poursuit Ulysse Gosset, éditorialiste international de BFMTV. "Les services de renseignement allemands savaient que des attentats pouvaient être commis à n'importe quel moment en Allemagne."

Historiquement plutôt épargnée par ces attaques, l'Allemagne doit maintenant y faire face. Notamment depuis la fin 2014 et la participation du pays d'Angela Merkel à la coalition internationale menée par les États-Unis pour lutter contre Daesh, en fournissant des armes et plus d'un millier de soldats.

IV avec AFP