BFMTV

En Allemagne, un dirigeant politique local tué par balle

Walter Lübcke, 65 ans, président du district de Kassel  en février 2012.

Walter Lübcke, 65 ans, président du district de Kassel en février 2012. - UWE ZUCCHI / DPA / AFP

Walter Lübcke, un élu local membre du parti conservateur (CDU) a été retrouvé mort sur la terrasse de sa maison dans la nuit de samedi à dimanche, dans le centre de l'Allemagne.

Un dirigeant politique de la ville de Kassel (Hesse, au centre du pays) a été tué à son domicile d'une balle dans la tête, a annoncé lundi la police, précisant qu'aucune arme n'avait été retrouvée sur les lieux.

"Nous recherchons un auteur" du crime, a déclaré le procureur général Horst Streiff lors d'une conférence de presse.

Walter Lübcke, 65 ans, président du district de Kassel a été retrouvé mort dans la nuit de samedi à dimanche sur la terrasse de sa maison, à Wolfhagen, dans la banlieue de Kassel. Il avait reçu une balle tirée à bout portant et baignait dans une mare de sang, selon la police. 

La police n'exclut aucune piste

"Nous n'avons pas encore d'indications sur les coupables et, surtout, rien sur le mobile", a déclaré Sabine Thurau, la patronne de la police judiciaire locale. "Nous enquêtons dans toutes les directions et n'excluons aucun mobile", privé, politique ou autre, a-t-elle ajouté.

Membre de la CDU (parti conservateur), Walter Lübcke a dirigé pendant 10 ans le conseil régional de Kassel, une autorité administrative intermédiaire entre le Land de Hesse et ses communes. Il a aussi été député au parlement de Hesse.

En octobre 2015, après la décision d'Angela Merkel d'ouvrir les frontières à plusieurs centaines de milliers d'Irakiens et Syriens, il avait défendu les droits des réfugiés, s'attirant les foudres de l'extrême droite.

"Vous devez défendre les valeurs. Et quiconque ne représente pas ces valeurs peut quitter le pays à tout moment s'il n'est pas d'accord. C'est la liberté de tout Allemand", avait-il lancé lors d'une réunion publique.

Lundi, des bougies et messages de condoléances ont été déposés devant la présidence du district de Kassel.

Jeanne Bulant avec AFP