BFMTV

Dans le métro de Berlin, des publicités en arabe pour se faire envoyer la Bible

Le S-Bahn, équivalent du RER à Berlin. Photo d'illustration.

Le S-Bahn, équivalent du RER à Berlin. Photo d'illustration. - Lukas Schulze - DPA - AFP

Une association privée affiche des extraits de la Bible traduits en arabe mais aussi en turc dans le métro berlinois. Une initiative inenvisageable en France.

Dans le métro de Berlin, les passagers, même distraits, ne peuvent pas la rater. C'est une affiche simple, assez grande pour être remarquée (2,5 sur 3,5 mètres). Sur un fond blanc sans fioriture, une seule phrase écrite en turc ou en arabe. Et dessous, sa traduction en allemand. Il s'agit d'un extrait de la Bible. "Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi." (Evangile selon Saint-Jean, chapitre 16). Suit le nom de l'organisation à l'origine de la campagne: Christlicher Plakatdienst (service d'affiche chrétien).

Une association privée, financée par les dons et composée de huit membres bénévoles, dont l'activité principale consiste à faire parvenir un exemplaire à qui veut. La dernière initiative de l'association est cette campagne de publicité, "une campagne d'été", selon son responsable, Gotthelf Müller: non pas des affiches contenant des extraits de la Bible en allemand, comme elle le fait depuis sa création en 1992, mais cette fois traduits en turc et en arabe. "Le turc, cela fait longtemps que nous le faisons. Nous sommes basés à Gummersbach, près de Cologne où vit une importante communauté turque. Nous voulions les toucher aussi". La traduction en arabe, elle, est plus récente. "Depuis 2015 on a en Allemagne beaucoup d'arabophones, parmi eux beaucoup de réfugiés. On veut leur envoyer le même message".

5 à 6 appels par jour

L’objectif assumé n’est pas de convertir cette population très majoritairement musulmane. Celui ou celle qui appelle le numéro figurant sur l'affiche va tomber sur un interlocuteur, turcophone ou arabophone, qui lui proposera uniquement de recevoir gratuitement la Bible. Rien de plus, jure Gotthelf Müller: "On leur donne le choix entre le Nouveau Testament ou la Bible intégrale, c'est tout. On ne veut pas particulièrement discuter, sauf s'ils posent une question bien sûr".

Selon le responsable de l'association, l'opération marche bien: "en ce moment nous avons en moyenne 5 à 6 appels par jour pour des Bibles en arabe". Combien coûte cette opération marketing, on ne le saura pas : avec Gotthelf Müller, pas question de parler argent. On apprendra seulement sur le site de l'association le coût de production d'une affiche en fonction de sa taille.

Les régies publicitaires du métro berlinois et du S-Bahn - l'équivalent du RER en Ile-de-France - bottent également en touche sur le sujet. La Deutsche Bahn, qui s'occupe du S-Bahn, est même un peu gênée et répète qu'elle a cédé depuis longtemps ses espaces publicitaires à une régie tierce, Ströer, chargée de vérifier en amont le contenu des publicités. Contactée par nos soins, elle n'a jamais donné suite.

Vue de France, cette campagne a de quoi surprendre. Pourtant, en Allemagne, elle est parfaitement légale. Toute publicité religieuse est légale dès le moment où "elle n'encourage aucune discrimination, même implicitement", comme le rappelle sur son site le Deutsche Werberat, institution indépendante chargée de gérer les plaintes contre des publicités. La séparation de l'Eglise et de l'Etat existe outre-Rhin, mais dans ce pays où le fisc collecte pour les églises un impôt religieux calculé en fonction des revenus, la laïcité n’est pas aussi drastique qu’en France.

A la RATP, une publicité "prohibée"

Le Christlicher Plakatdienst pourrait-il faire ce genre de publicité dans le métro parisien? Impossible. Chez Médiatransports, la régie publicitaire de la RATP, on estime que "ce type de publicité est prohibé au regard des obligations de neutralité qui s'imposent à la RATP en sa qualité d'entreprise de transports et de service public". Qui plus est, la campagne du Christlicher Plakatdienst "pourrait de surcroît être considérée comme prosélyte en ce qu'elle encourage à la lecture de la Bible des populations turques et arabes en traduisant le texte dans leur langue et en offrant l'ouvrage". La régie rappelle également que "cette campagne pourrait susciter une polémique car elle pourrait, dans le contexte actuel, être reçue comme revêtant un caractère politique". Les affiches politiques sont d'ailleurs elles aussi bannies du métro parisien.

La RATP a déjà été confrontée à des polémiques de type religieux. La dernière est même récente: il s'agissait d'une affiche publicitaire des Prêtres, ces trois prélats chanteurs qui donnaient un concert pour les chrétiens d'Orient. La régie publicitaire avait d'abord interdit la mention "Pour les chrétiens d'Orient" sur l'affiche du groupe, avant de faire volte-face, face à la polémique. Manuel Valls était lui-même intervenu: sur Twitter, il avait réclamé la fin de "débats stériles" et appelé la RATP à "prendre ses responsabilités".

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV