BFMTV

Corruption: la France reste au 22e rang des pays les plus vertueux

En clair les pays les plus vertueux selon Transparency International et en foncé les plus "corrompus".

En clair les pays les plus vertueux selon Transparency International et en foncé les plus "corrompus". - -

Le rapport de Transparency International sur la perception de la corruption mondiale 2013 paraît ce mardi. Les pays scandinaves sont dans le peloton de tête avec la Nouvelle-Zélande, élève moyen, la France reste à la place 22.

Pas de quoi pavoiser, ni s'effondrer non plus. La France conserve sa 22e place au classement 2013 des perceptions de la corruption publié mardi par Transparency International, avec un score reconduit de 71 points (100 correspondant à un pays idéal débarrassé de toute corruption). L'Hexagone, ce ne sera pas une surprise, est derrière le Danemark, la Nouvelle-Zélande (1er ex-aequo), la Finlande, la Suède, Singapour, la Suisse, les Pays-Bas et l'Australie, qui figurent les bons élèves. Mais il se positionne également après l'Allemagne (12e qui gagne une place), le Royaume –Uni (14e), la Belgique (15e) ou les Etats-Unis (19e).

Reste à savoir si les réformes en cours sur la transparence de la vie publique, permettront à terme d'améliorer ce score, plutôt moyen, même si plus des deux tiers des pays analysés atteignent un résultat inférieur à 50. Au niveau de l'Union européenne, la France se place au 10e rang, devant les pays du sud de l'Europe.

Deux cas d'école: la Grèce et l'Espagne

Selon Finn Heinrich, chercheur de cette organisation basée à Berlin, l'"un des résultats les plus intéressants" est "la différence entre l'Espagne et la Grèce". "Nous observons, dans ces deux pays, deux réponses assez différentes à la corruption dans un contexte de crise économique et je pense que les perspectives sont bien meilleures pour la Grèce que pour l'Espagne", dit-il. L'Espagne a dégringolé de la place 30 à 40 dans un classement recensant 177 pays au total. Partie de bien plus bas, la Grèce a amélioré sa position, en passant de 94 à 80.

"Ces deux dernières années, ces deux pays ont dû affronter la crise de l'euro, dont la corruption était l'une des origines", constate Finn Heinrich. "Mais cette année, pour la première fois, la Grèce fait mieux et je pense que cela montre que le gouvernement attaque de front la vénalité. Ils ont engagé des poursuites judiciaires et nommé quelqu'un qui travaille étroitement avec le Premier ministre pour coordonner les mesures anticorruption", ajoute-t-il.

"En Espagne, c'est presque l'inverse qui se produit", ajoute-t-il. "De plus en plus de scandales éclatent au grand jour, impliquant de hauts responsables, et le gouvernement ne les prend pas au sérieux". Il cite ainsi comme exemple les affaires de corruption, notamment dans le BTP, touchant de hauts responsables du parti conservateur au pouvoir.

Afghanistan et Corée du Nord et Somalie, bons derniers

L'Afghanistan, la Corée du Nord et la Somalie sont perçus comme les pays les plus corrompus du monde. "La corruption affecte le plus les pauvres", continue le chercheur Finn Heinrich. "C'est ce qui ressort du classement: les pays les plus corrompus sont les plus pauvres et, dans ces derniers, ce sont les moins nantis qui en souffrent le plus. Jamais ces nations ne sortiront de la pauvreté si elles ne combattent pas la vénalité", ajoute-t-il.

Parmi les pays qui ont le plus perdu de points dans l'index 2013 se trouvent la Syrie, déchirée par la guerre civile, ainsi que la Libye et le Mali, tous deux en proie à des conflits militaires majeurs ces dernières années.

Un indice établi à partir des données de 13 institutions

Transparency International, organisation non gouvernementale, établit chaque année un indice de perception de la corruption au sein des partis politiques, de la police, du système judiciaire et des services publics dans tous les pays, un fléau qui sape le développement et le combat contre la pauvreté. Cette Organisation basée à Berlin estime que près de 70% des nations dans le monde sont considérées comme un "problème sérieux" de vénalité parmi leurs fonctionnaires. Et aucun des 177 pays étudiés en 2013 n'obtient un score parfait.

D. N. et AFP