BFMTV

Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique du Brexit Dominic Raab

Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab.

Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab. - Ben STANSALL / AFP

Jeudi, le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab ainsi que trois autres membres du gouvernement de Theresa May ont annoncé leur démission.

Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, a annoncé jeudi avoir démissionné en raison de son opposition au projet d'accord sur le Brexit conclu sous l'égide de la Première ministre Theresa May avec l'Union européenne.

Coup dur

Ce départ est un coup dur pour la cheffe de l'exécutif qui avait dû batailler durant cinq heures la veille pour rallier ses ministres au compromis conclu entre négociateurs britanniques et européens et doit tenter à partir de jeudi de convaincre le Parlement, très divisé également. 

Dominic Raab avait succédé en juillet au Brexiter David Davis, qui avait déjà claqué la porte du gouvernement car il jugeait trop douce la stratégie de Theresa May en matière de Brexit.

 "Je ne peux soutenir l'accord proposé pour deux raisons", liées notamment au futur statut de l'Irlande du Nord après le Brexit, a-t-il expliqué dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter.

Cette annonce a fait chuter la livre, qui a perdu près de 1% face au dollar, effaçant les gains réalisés depuis mardi et l'annonce d'un projet d'accord avec l'UE. Vers 9h05, elle valait 1,2870 dollar, contre 1,2992 mercredi à 22h.

"Filet de sécurité"

Le point le plus controversé du projet d'accord concerne les dispositions visant à empêcher le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande voisine, membre de l'UE.

Le compromis prévoit un "filet de sécurité" ("backstop" en anglais), solution de dernier recours prévoyant le maintien de l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'était conclu à l'issue d'une période de transition de 21 mois prévue après le Brexit, le 29 mars 2019, et prolongeable une fois.

"Je pense que le régime réglementaire proposé pour l'Irlande du Nord présente une menace très réelle pour l'intégrité du Royaume-Uni", a expliqué Dominic Raab, qui s'oppose également à un backstop "de durée indéfinie".
"Aucune nation démocratique n'a jamais consenti à être liée par un régime si extensif, imposé de l'extérieur sans aucun contrôle démocratique sur les lois qui seront appliquées", a-t-il ajouté.

Trois autres démissions

Peu avant Dominic Raab, le secrétaire d'Etat chargé de l'Irlande du Nord, Shailesh Vara, avait également annoncé sa démission en raison de son désaccord avec le compromis, qui doit être entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles.

En fin de matinée la ministre britannique du Travail et des Retraites, Esther McVey, a aussi annoncé sa démission.

"L'accord que vous avez présenté au cabinet hier (mercredi) ne reflète pas le résultat du référendum" de juin 2016, où 52% de Britanniques s'étaient prononcés pour la sortie de l'UE, a écrit la ministre, qui avait elle-même voté pour la sortie de l'UE, dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter. 

Peu après Esther McVey, c'est Suella Braverman, la secrétaire d'Etat au Brexit qui a annoncé sa démission.

"Je me trouve maintenant dans l'incapacité de soutenir sincèrement l'accord approuvé hier par le cabinet", a-t-elle expliqué dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter, déplorant "les concessions" consenties à Bruxelles. 

B.L. avec AFP