BFMTV
International
en direct

Guerre en Ukraine: Les Occidentaux vont annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie jeudi

Guerre en Ukraine: Les Occidentaux vont annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie jeudi

Vladimir Poutine lors d'une visio-conférence à Moscou le 10 mars 2022

Ce mardi marque le 27e jour de l'agression de l'Ukraine par la Russie. Kiev est de nouveau sous couvre-feu, alors que Zelensky s'est dit prêt à discuter du Donbass et de la Crimée avec Poutine.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com!

Pour suivre la journée de mercredi, c'est par ici

Zelensky évoque des négociations "très difficiles" avec la Russie

Dans une allocution diffusée sur les réseaux sociaux ce mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme que son pays "continuera à travailler pour pousser la Russie à la paix."

"Nous continuons à travailler à différents niveaux pour pousser la Russie à la paix. Jusqu'à la fin de cette guerre brutale. Les représentants ukrainiens travaillent sur les négociations, qui se poursuivent pratiquement tous les jours. C'est très difficile. Parfois honteux. Mais pas à pas, nous avançons."

Zelensky dénonce les "conditions inhumaines" à Marioupol et le blocage de l'aide humanitaire

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce ce mardi dans une allocution diffusée sur les réseaux sociaux les "conditions inhumaines" dans la ville de Marioupol, qu'il décrit comme étant "sous des bombardements constants".

"Depuis plus d'une semaine, nous essayons d'organiser des couloirs humanitaires fiables pour les habitants de Marioupol. Et presque toutes nos tentatives, malheureusement, sont entravées par les occupants russes"

Le point sur la situation à minuit

Selon les États-Unis, l'Ukraine tente une contre-attaque face aux soldats russes. L'armée du pays a en effet tenté de reprendre du terrain, en particulier dans le sud du territoire.

• L'Union européenne "condamne fermement" la nouvelle condamnation de l'opposant russe Alexeï Navalny. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a appelé à "sa libération immédiate et sans condition".

Les États-Unis évacuent quatre enfants ukrainiens malades du cancer. "Les enfants sont parmi les plus vulnérables lors d'une crise", déclare Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine. Les malades concernés ont besoin d'un "traitement urgent et hautement spécialisé".

BFMTV a pris le train avec des réfugiés qui fuient Marioupol

Des trains pour échapper aux bombes. Pour quitter Marioupol, certains réfugiés ne prennent pas la voiture, mais prennent plutôt les lignes de chemin de fer. Notre envoyé spécial Maxime Brandstaetter a pu monter à bord de l'un d'entre eux, qui achemine les passagers vers Zaporijia.

Certaines différences avec un voyage classique en train se font sentir, comme le calfeutrage des fenêtres, pour éviter d'éventuels débris de verre si des tirs venaient à toucher les wagons. Pour éviter d'être pris pour cible dans les zones sensibles, les trains coupent régulièrement les lumières. En tout, ce trajet entre Marioupol et Zaporijia dure 12 heures.

Les États-Unis évacuent quatre enfants ukrainiens malades du cancer

Les États-Unis ont annoncé mardi avoir évacué vers un hôpital américain quatre enfants ukrainiens dont le traitement contre le cancer avait été "rendu impossible" par l'invasion russe de l'Ukraine.

"Les enfants sont parmi les plus vulnérables lors d'une crise", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en annonçant cette évacuation dans un tweet accompagné de photos de certains d'entre eux. Il a précisé que ces patients avaient besoin "d'un traitement urgent et hautement spécialisé".

Accompagnés de membres de leur famille, ces enfants, qui avaient dans un premier temps été évacués en Pologne, ont été transportés lundi au St. Jude Children's Research Hospital de Memphis, dans l'Etat du Tennessee, a expliqué le département d'État américain.

Navalny: l'Union européenne "condamne fermement" la nouvelle condamnation de l'opposant russe

L'Union européenne a condamné "fermement" mardi la nouvelle condamnation de l'opposant russe Alexeï Navalny à neuf ans de détention, dénonçant un verdict "aux motivations politiques", dans une déclaration du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"Le système juridique russe continue d'être instrumentalisé contre Alexeï Navalny (...) Nous réitérons notre appel aux autorités russes pour sa libération immédiate et sans condition", indique le texte.

Selon les États-Unis, l'Ukraine tente une contre-attaque face aux soldats russes

L'Ukraine ne veut pas seulement limiter les dégâts. Selon les services de renseignements américains, un début de contre-attaque a été observé.

"Ils se défendent avec intelligence, agilité, créativité dans des endroits qu'ils pensaient importants à défendre. Et nous voyons maintenant, en particulier dans le Sud près de Kherson, qu'ils ont essayé de reprendre du territoire", a déclaré le porte-parole du Pentagone John Kirby selon des propos relayés par CNN.

Le point sur la situation à 21h30

La Russie assure qu'elle n'utilisera l'arme nucléaire qu'en cas de "menace existentielle". Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskovn a expliqué sa réponse par la "doctrine de sécurité intérieure" nationale.

Macron et Poutine ont à nouveau échangé par téléphone. L'appel, à l'initiative de la France, n'a pas permis d'avancer vers un cessez-le-feu selon l'Élysée.

TotalEnergies n'achètera plus de pétrole en provenance de Russie d'ici fin 2022. L'entreprise dit assurer le strict respect des sanctions européennes actuelles et futures.

Les Occidentaux vont annoncer jeudi de nouvelles sanctions contre la Russie. Celles-ci seront dévoilées après plusieurs sommets importants, notamment celui de l'Otan.

La procureure générale d'Ukraine dénonce un "génocide" à Marioupol

Le siège par les forces russes du port ukrainien stratégique de Marioupol est une forme de "génocide", a déclaré mardi la procureure générale d'Ukraine, Iryna Venediktova.

Environ 200.000 personnes vivent encore dans cette ville, qui est encerclée et quotidiennement soumise à des bombardements depuis que la Russie a déclenché son offensive, le 24 février.

"Ce que je vois maintenant à Marioupol, ce n'est pas la guerre, c'est un génocide", a dit Iryna Venediktova à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.

"Les théâtres de guerre ont des règles, des principes. Ce que nous voyons à Marioupol, (c'est) l'absence totale de règles", a-t-elle ajouté.

Pour la procureure, la Fédération de Russie "sait exactement ce qu'elle fait" dans cette cité des bords de la mer d'Azov, dans le sud-est de l'Ukraine.

Volodymyr Zelensky invité à s'exprimer par visioconférence au sommet de l'Otan jeudi

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est invité à s'adresser par visioconférence aux dirigeants des pays de l'Otan qui se réunissent jeudi pour un sommet extraordinaire consacré à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a-t-on appris mardi auprès de l'Alliance atlantique.

"Ce sera l'occasion pour les dirigeants des pays alliés d'entendre directement le président Zelensky parler de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le peuple ukrainien en raison de l'agression de la Russie", a indiqué un responsable de l'Otan.

Il a ajouté que les Alliés, qui fournissent "une quantité importante d'équipements militaires essentiels" à l'Ukraine, examineront ce qu'ils "peuvent faire de plus pour renforcer" leur soutien.

La Russie assure qu'elle n'utilisera l'arme nucléaire qu'en cas de "menace existentielle"

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov affirme que Moscou n'utilisera l'arme nucléaire en Ukraine qu'en cas de "menace existentielle" contre la Russie.

"Nous avons une doctrine de sécurité intérieure, cela est public, vous pouvez y lire toutes les raisons pour l'utilisation des armes nucléaires et il s'agit d'une menace existentielle pour notre pays", a-t-il dit.

Macron et Poutine ont à nouveau échangé par téléphone

Emmanuel Macron a poursuivi ce mercredi ses longues conversations précédentes avec le Président de la fédération de Russie. Ce nouvel échange a duré une heure. Selon l’Elysée, il n’y a pas pour l’heure d’accord entre les deux parties mais le président français dit rester convaincu de la nécessité de poursuivre ses efforts. Il n'y a pas d'autre issue qu'un cessez-le-feu et des négociations de bonne foi de la Russie avec l'Ukraine, a-t-il fait savoir.

Dans la journée, Emmanuel Macron s’est également entretenu avec Volodymyr Zelensky sur les modalités d'un cessez-le-feu et les conditions de sécurité.

Les Occidentaux vont annoncer jeudi de nouvelles sanctions contre la Russie

Joe Biden et les dirigeants européens vont imposer des sanctions supplémentaires à la Russie.

L’un des conseillers de la Maison-Blanche a expliqué que les sanctions qui existent déjà vont être “renforcées” et de nouvelles vont être imposées.

Les Etats-Unis assurent par ailleurs ne pas avoir “vu la Chine fournir de l'équipement militaire à la Russie" depuis le récent échange de Joe Biden avec son homologue chinois Xi Jinping, tout en assurant que Washington "continuait à surveiller" de telles potentielles actions de la part de Pékin.

"Jamais nous ne nous rendrons", déclare le maire de Kiev

Vitali Klitschko était invité à intervenir en visio-conférence devant le Conseil de l’Europe.

"En tant que maire de Kiev, je vous promets une chose, jamais les Russes n'entreront dans Kiev", a lancé le maire de la capitale ukrainienne.

"Nous avons fortifié chaque bâtiment, chaque rue, chaque coin de la ville. Nous nous battrons pour défendre notre ville et notre avenir. Nous ne nous mettrons pas à genoux", a-t-il ajouté. "Dans le pire des cas nous mourrons, mais jamais nous ne nous rendrons".

Une enquête pour "fausse information" sur l'armée ouverte en Russie

La Russie a ouvert sa première affaire pénale contre un journaliste pour publication de "fausses informations" sur les agissements de l'armée russe en Ukraine, aux termes d'une loi récente prévoyant jusqu'à 15 ans de prison.

Le Comité d'enquête, chargé des principales affaires, a annoncé avoir "ouvert une enquête criminelle contre le journaliste Alexandre Nevzorov", lui reprochant d'avoir "sciemment publié de fausses informations sur un bombardement délibéré d'une maternité de Marioupol par l'armée russe".

TotalEnergies n'achètera plus de pétrole en provenance de Russie d'ici fin 2022

TotalEnergies annonce ce mardi mettre fin à l'achat de pétrole et de produits pétroliers en provenance de Russie d'ici fin 2022.

L'entreprise dit assurer le strict respect des sanctions euroépennes actuelles et futures, quelles que soient les conséquences pour la gestion de ses actifs en Russie.

Par ailleurs, l'entreprise précise engager la suspension progressive de ses activités en Russie, en veillant à la sécurité de son personnel.

Le photographe JR prêt à se rendre à Kiev "si besoin" pour réaliser une oeuvre

L’artiste-photographe revient d’Ukraine. Il a déployé une fresque géante à Lviv. Elle représente une petite fille ukrainienne de cinq ans, elle regarde vers le ciel en souriant. Cette photo fait la Une du Time cette semaine.

En direct sur BFMTV, l’artiste a expliqué sa démarche: “les artistes ukrainiens ont besoin de visibilité”, explique-t-il depuis la Pologne. L’idée de déployer cette fresque sur la place centrale de Lviv a germé après avoir reçu des messages de nombreux “artistes ukrainiens sur les réseaux sociaux. Ils me demandaient ce que j’allais faire pour l’Ukraine”, détaille-t-il.

Le photographe explique aussi qu'il veut aider, à son échelle, les Ukrainiens. “On va engager des artistes volontaires sur place, au niveau européen”, assure-t-il à BFMTV.

Quant à savoir s'il est prêt à réitérer son oeuvre, JR dit être un "simple artiste". Mais "s'ils ont de moi, je viendrai", conclut-il.

Une autorisation provisoire de séjour pour 10.500 Ukrainiens

Jean Castex a annoncé que 10.500 ressortissants ont reçu une autorisation de séjour provisoire en France "dans le cadre de la protection proposée par l'Union Européenne aux réfugiés ukrainiens".

Le Premier ministre, entouré de Gérald Darmanin et de Marlène Schiappa, a pris la parole après la cellule de crise qui s'est tenue au ministère de l'Intérieur.

Jean Castex: "26.000 réfugiés ukrainiens en France"

Le Premier ministre Jean Castex prend la parole depuis le ministère de l'Intérieur.

Il annonce que plus de 26.000 Ukrainiens "ont été recencés sur le territoire français" depuis le début de la guerre.

2400 enfants ukrainiens sont déjà scolarisés en France, ajoute-t-il.

Un mort dans une attaque de drones à Kiev

Au moins une personne a été tuée mardi dans une attaque de drones sur un bâtiment de Kiev, la capitale ukrainienne, a constaté l'AFP sur place.

Plusieurs drones "kamikazes" ont visé un immeuble de l'Académie nationale des sciences, dans le nord-ouest de la ville.

Des secouristes ont retiré au moins un corps portant un uniforme militaire de ce bâtiment de sept étages, d'où s'élevait encore de la fumée

Une journaliste lève un coin de voile sur la "propagande" russe

L'événement était organisé par l'organisation de défense des journalistes RSF (Reporters sans frontières) à Paris. Ce mardi, une journaliste russe d'une grande chaîne de télévision, qui a démissionné à cause de la guerre en Ukraine, a donné à voir de l'intérieur mardi la "propagande" qui règne dans son pays.

"Je veux que la Russie m'entende, que les gens apprennent à distinguer la propagande (...), arrêtent d'être zombifiés", s'est justifiée Zhanna Agalakova.

"J'ai beaucoup hésité" avant de prendre la parole, "mais je ne pense pas avoir d'autre choix", a-t-elle ajouté, les larmes aux yeux."

L'effet direct "plutôt limité" sur le reste du monde d'un défaut de paiement russe

Selon Gita Gopinath, la numéro 2 du Fonds monétaire international (FMI), un défaut de paiement de la Russie aurait "un effet direct sur le reste du monde plutôt limité."

Cette dernière a souligné que les montants des échéances de paiements que doit honorer Moscou "sont relativement faibles à l'échelle mondiale".

"Cela ne représente pas un risque systémique pour l'économie mondiale", a-t-elle ajouté, tout en soulignant que certaines banques ayant une exposition plus grande pourraient toutefois être affectées plus durement.

Le journal d'opposition russe Novaïa Gazeta met son Nobel de la paix pour soutenir les réfugiés

Le geste est symbolique. Principal média d'opposition en Russie, Novaïa Gazeta va, au profit des réfugiés ukrainiens, mettre en vente la médaille du prix Nobel de la paix remporté en 2021.

"Novaïa Gazeta et moi-même avons décidé de faire don de la médaille du prix Nobel de la paix 2021 au Fonds ukrainien pour les réfugiés. Il y en a déjà plus de 10 millions", a écrit le rédacteur en chef de la publication, Dmitri Muratov.

L'intégralité de l'article à lire ICI.

Zelensky invite le pape à devenir médiateur entre Kiev et Moscou

Le président ukrainein a invité mardi le pape François à jouer le rôle de médiateur dans les négociations entre Kiev et Moscou, qui a lancé fin février une guerre contre l'Ukraine.

"On apprécierait le rôle médiateur du Saint-Siège pour mettre fin à la souffrance humaine" en Ukraine, a-t-il écrit sur Twitter à l'issue d'un entretien téléphonique avec le pape, alors que le Kremlin a jugé peu avant que les pourparlers en cours avec Kiev n'étaient pas assez "substantiels".

Près de 200.000 réfugiés d'Ukraine ont quitté la Pologne par le train

Comme l'ont avancé les chemins de fer polonais, près de deux cent mille réfugiés d'Ukraine arrivés en Pologne depuis le début de l'invasion ont quitté le pays.

Du 25 février au 20 mars, près de 400 trains réguliers ont transporté gratuitement plus de 140.000 personnes venues d'Ukraine et 113 trains spéciaux ont embarqué plus de 45.000 passagers.

Il s'est agi surtout de voyageurs à destination de Berlin, mais aussi de Prague et de Vienne.

La Cour suprême russe confirme la dissolution de l'ONG Mémorial

La Cour suprême de Russie a rejeté mardi une requête de la Cour européenne des droits de l'Homme exigeant la suspension de la dissolution de l'ONG Mémorial, pilier de la société civile russe.

"La Cour suprême n'a pas accédé à la demande de reporter la dissolution de Mémorial International. La cour considère que les raisons pour une suspension doivent être vraiment exceptionnelles et proportionnées", a déclaré l'ONG dans un communiqué.

L'opposant russe Navalny condamné à 9 ans de détention

L'opposant le plus célèbre de Russie, Alexeï Navalny, a été condamné mardi à neuf ans de prison pour "escroquerie" et "outrage à magistrat".

La juge Margarita Kotova a indiqué ajouter à cette peine un an et demi de liberté surveillée et 1,2 million de roubles d'amende, soit environ 10.000 euros au taux du jour, alors que le détracteur du Kremlin est déjà emprisonné depuis plus d'un an.

La Russie adopte de lourdes peines réprimant les "mensonges" sur son action à l'étranger

Les députés russes ont validé mardi une loi prévoyant de lourdes sanctions pour punir les "informations mensongères" sur l'action de Moscou à l'étranger.

Ce texte, adopté en troisième lecture, punit la "diffusion publique d'informations sciemment fausses sous couvert d'informations fiables" à propos des "activités des organes de l'Etat russe en dehors du territoire russe", selon un communiqué du Parlement.

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, Moscou a fortement renforcé son arsenal visant à museler la liberté d'expression. Les personnes employant le terme "guerre" pour évoquer l'invasion de l'Ukraine s'exposent à des peines de prison. Facebook, Instagram et Twitter ont également été bloqués.

Le point sur la situation à 13h

· Face au Parlement italien, Volodymyr Zelensky appelle à plus de sanctions. "Fermez vos ports aux bateaux russes", a imploré ce mardi face aux députés et sénateurs italiens le président ukrainien, qui s'exprimait en vidéo. "Ils viennent dans vos villas, dans vos belles plages. Bloquer les actifs des oligarques", a-t-il ajouté.

· Le Kremlin juge les pourparlers avec l'Ukraine pas assez "substantiels". Cette prise de position intervient alors que Volodymyr Zelensky a indiqué être ouvert aux discussions concernant le Donbass et la Crimée lundi. De son côté, Vladimir Poutine refuse toujours de parler à son homologue ukrainien.

· Trois couloirs humanitaires ont été ouverts à proximité de Marioupol. La vice-Première ministre ukrainienne a indiqué que les habitants de Marioupol pourraient quitter la ville en empruntant des couloirs partant de trois villes à proximité de Marioupol. Ils ont pour destination Zaporijia, à 250km au nord-est.

· Le prix Nobel de la paix russe Mouratov va mettre aux enchères sa médaille en faveur des réfugiés. Dmitri Mouratov, rédacteur en chef du journal indépendant Novaïa Gazeta, a indiqué qu'il allait mettre aux enchères sa médaille faite d'or et d'argent pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens.

L'UE envisage un "fonds fiduciaire" pour l'Ukraine et sa reconstruction

Ce jeudi, les chefs d'États et de gouvernements se réunissent à Bruxelles pour un sommet de deux jours liés à la gestion des conséquences de l'invasion russe. Sur la table des discussions se trouvera la constitution d'un "fonds fiduciaire" pour soutenir l'Ukraine et l'aider à sa reconstruction.

"Compte tenu des destructions et des pertes énormes subies par l'Ukraine à la suite de l'agression militaire de la Russie, l'UE est déterminée à apporter son soutien au gouvernement ukrainien pour répondre à ses besoins immédiats et, une fois que l'agression russe aura cessé, pour la reconstruction d'une Ukraine démocratique", détaille le document qu'a pu consulter l'Agence France Presse.

L'UE a déjà débloqué 1,2 milliard d'euros de fonds d'urgence pour aider les autorités ukrainiennes à faire face à l'assaut des troupes russes.

Cinq morts dans une attaque russe près de Donetsk

La ville d'Avdiivka, tout proche de Donetsk dans l'est de l'Ukraine, a été la cible d'une attaque russe dans la soirée de lundi, faisant au moins cinq morts et 19 blessés, a indiqué mardi Lioudmila Denissova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien.

Avdiivka, qui abrite en temps de paix 30.000 habitants, se situe dans la banlieue nord-ouest de Donetsk, centre industriel de l'est de l'Ukraine tenu depuis 2014 par les séparatistes prorusses soutenus par Moscou.

Trois couloirs humanitaires ouverts à proximité de Marioupol

Ce mardi, la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a indiqué dans une vidéo que, "nous concentrons sur l'évacuation des habitants de Marioupol".

Trois couloirs humanitaires doivent être ouverts aujourd'hui entre trois localités proches de Marioupol et la ville de Zaporojie, à 250 km au nord-est, toujours selon Iryna Verechtchouk.

"Il n'y aura pas suffisamment de place pour tout le monde" mardi, mais "nous allons poursuivre l'évacuation selon le même algorithme jusqu'à ce qu'on ait sorti tous les habitants de Marioupol", a-t-elle ajouté.

Le Kremlin juge les pourparlers avec l'Ukraine pas assez "substantiels"

Le Kremlin a jugé mardi que les pourparlers en cours avec Kiev n'étaient pas assez "substantiels", le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'étant dit prêt de son côté à des "compromis" qu'il veut soumettre par référendum.

"Un certain processus (de négociations) a lieu, mais nous souhaiterions qu'il soit plus énergique, plus substantiel", a dit à la presse Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe.

Volodymyr Zelensky a cependant indiqué dans un entretien lundi être prêt à discuter de la Donbass et de la Crimée avec Moscou. Vladimir Poutine refuse toujours de son côté de discuter avec son homologue ukrainien.

Le maire de Boryspil, une ville aux alentours de Kiev, appelle les citoyens à évacuer

Dans une vidéo diffusée sur Facebook durant la nuit et traduite par The Guardian, le maire de Boryspil Volodymyr Boryssenko a appelé les civils à quitter la ville.

"Le moins de civils il y aura dans la ville, le plus facile ce sera pour les forces armées de se déployer. Il n'est pas urgent de rester dans la ville car des échanges de tirs se déroulent autour d'elle. J'appelle la population civile à être intelligente et à quitter la ville dès que l'occasion se présente", déclare-t-il.

Borispyl se trouve au sud-ouest de Kiev, à proximité de l'aéroport international de Kiev.

Le prix Nobel de la paix russe Mouratov va mettre aux enchères sa médaille pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens

Dmitri Mouratov, un des deux récipiendaires du prix Nobel de la paix 2021, va mettre aux enchères sa médaille. Les bénéfices seront reversés aux réfugiés ukrainiens.

Dmitri Mouratov est le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, le dernier bastion de la presse libre en Russie.

La médaille, faite d'un alliage d'or et d'argent, fera l'objet d'une estimation auprès d'une maison d'enchères, qui la mettra ensuite en vente au plus offrant, a-t-il ajouté.

C'est sur le site de Novaïa Gazeta qu'a été partagée l'initiative, indiquant vouloir "partagé avec les réfugiés, les blessés et les enfants qui ont besoin d'un traitement urgent".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le pape

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué en amont de sa prise de parole devant le Parlement italien s'être entretenu avec le pape François.

"J'ai parlé avec le pape. J'ai évoqué à Sa Sainteté la situation humanitaire difficile et le blocage opéré par les forces russes des couloirs humanitaires. Le rôle de médiation du Vatican pour mettre fin aux souffrances humaines serait apprécié. Je l'ai remercié pour les prières pour l'Ukraine et la paix", a tweeté Volodymyr Zelensky.

"Fermez vos ports aux bateaux russes", implore Zelensky devant le Parlement italien

Face aux parlementaires italiens, Volodymyr Zelensky a appelé Rome a renforcé ses sanctions contre la Russie, et plus précisément contre les oligarques proches du pouvoir, dont un grand nombre possède des actifs en Italie.

"Fermez vos ports aux bateaux russes", a demandé Volodymyr Zelensky. "Ils viennent dans vos villas, dans vos belles plages. Bloquer les actifs des oligarques", a-t-il continué.

Zelensky affirme que l'Ukraine est le "rempart de l'Europe"

Devant le Parlement italien, Volodymyr Zelensky a assuré que l'Ukraine était le "rempart de l'Europe", appelant Rome à renforcer son soutien à Kiev pour faire face à l'agression russe.

"Nous défendons les valeurs de liberté. Aujourd'hui l'Ukraine, c'est la porte de l'Europe, son rempart. Aujourd'hui, les Ukrainiens défendent les Européens", a-t-il indiqué.

Volodymyr Zelensky a également évoqué la ville de Marioupol, qu'il a comparé à la ville portuaire italienne de Gênes. "Maintenant, Marioupol est en ruine, détruite", a-t-il expliqué.

Quant à Kiev, le président ukrainien l'a comparée à Rome. "Kiev a une importance pour le monde comme Rome. Cette ville a déjà connu des épisodes de guerres terribles".

Le Parlement italien ovationne Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien s'exprime en vidéo devant le Parlement italien, qui l'a ovationné en amont de sa prise de parole.

L'ancien président russe Medvedev charge la Pologne qu'il accuse de "russophobie"

Dans une diatribe partagée sur son compte Telegram, l'ancien président russe Dmitri Medvedev a mis en garde la Pologne contre ce qu'il considère être comme "de la russophobie", de la part de "politiciens médiocres atteints des signes clairs de folie sénile".

Multipliant les références au nazisme, il accuse Varsovie d'avoir oublié "que l'armée soviétique l'a libérée de l'occupation nazie".

Depuis le début du conflit en Ukraine, la Pologne s'est montrée particulièrement claire concernant sa condamnation de l'offensive russe. Début mars, le gouvernement polonais avait proposé aux États-Unis de lui livrer ses avions de chasse Mig-29, pour que ces derniers soient transférés à l'Ukraine.

>> Lire notre article complet

Alexeï Navalny reconnu coupable d'escroquerie et d'outrage par un tribunal russe

L'opposant russe Alexeï Navalny, victime d'une tentative d'empoisonnement en août 2020, a été reconnu coupable ce mardi d'escroquerie et d'outrage par un tribunal russe qui siège dans la prison où il est déjà détenu.

Les procureurs ont indiqué vouloir transférer Navalny dans une colonie pénitentiaire à sécurité maximale pendant 13 ans. Les deux condamnations que vient de recevoir le critique du Kremlin ouvre la voie à une lourde peine de prison.

Trois morts et 80 blessés lundi à Mykolaïv, assure le maire

Sur BFMTV, Olexander Syenkevtch, le maire de Mykolaïv, a indiqué que trois personnes étaient mortes et 80 avaient été blessées lundi dans sa ville du sud de l'Ukraine.

"À Mykolaïv, la ville fonctionne, l'eau fonctionne, les transports communaux circulent, mais la ville continue de vivre sous bombardements incessants. Les Russes utilisent des armes interdites, comme les munitions à cassettes. Hier, trois personnes sont mortes suite à des bombardements, 80 blessés", a-t-il indiqué.

Mais il l'assure, "nous continuons de faire reculer les Russes vers la Crimée". "Nos forces sont concentrées pour défendre les positions et faire reculer l'occupant russe vers Kherson", a-t-il ajouté.

"On ne va pas céder aux Russes", assure sur BFMTV le maire de Mykolaïv

Olexander Syenkevtch, le maire de la ville ukrainienne de Mykolaïv, a assuré ce mardi sur BFMTV que les Ukrainiens n'allaient "pas céder aux Russes".

"On doit résister. Pas un seul kilomètre carré ne doit être cédé aux Russes. Poutine ne va pas s'arrêter avec des gages territoriaux, il va poursuivre son opération pour prendre toute l'Ukraine", a-t-il indiqué.

Deux yachts de l'oligarque russe Abramovitch amarrés en Turquie

Les médias turcs ont rapporté mardi que deux yachts appartenant à l'oligarque russe propriétaire du Chelsea FC Roman Abramovitch avaient accosté dans le sud-ouest de la Turquie.

L'Éclipse, long de 163 mètres, s'est amarré mardi matin dans le port de Marmaris. Lundi, le Solaris, le second bateau d'Abramovitch, a été filmé dans la ville de Bodrum.

Un groupe d'Ukrainiens s'est approché du navire à bord d'un canot pneumatique pour protester contre l'arrivée du Solaris dans la station balnéaire turque, selon les médias turcs. "Tu n'es pas bienvenu ici. Non à la guerre en Ukraine. Va-t-en bateau russe, va-t-en !", ont scandé les manifestants, drapeau ukrainien à la main.

Ankara n'applique pas les sanctions occidentales infligées aux oligarques de Russie après l'invasion de l'Ukraine.

Le point sur la situation à 9h30

· Zelensky se dit prêt à discuter du Donbass et de la Crimée avec Poutine. Lundi, le président ukrainien a dit être prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine du Donbass et la Crimée pour "arrêter la guerre". Précisant que toute modification territoriale de l'Ukraine devra être soumis à référendum.

· L'avancée des troupes russes "au point mort", selon le renseignement britannique. Le ministère de la Défense britannique a décrit ce lundi des troupes russes "au point mort" dans son dernier point sur la situation, indiquant que plusieurs offensives avaient été repoussées par la résistance ukrainienne.

· Pour Biden, Poutine "envisage" d'utiliser des armes chimiques. Le président américain a indiqué lundi que son homologue russe était dorénavant "dos au mur" stratégiquement. Une situation qui pourrait le pousser à avoir recours à des armes chimiques. "Il envisage d'y avoir recours lui-même", a déclaré Biden.

· L'armée ukrainienne assure que les Russes disposent de munitions "pour trois jours au maximum". L'état-major ukrainien a assuré que les soldats russes devraient bientôt faire face à des pénuries de munitions et de nourriture. Concernant le carburant, la situation est similaire, les Russes n'ayant pas réussi à mettre en place l'approvisionnement.

Pour Joe Biden, Vladimir Poutine "envisage" d'avoir recours à des armes chimiques

Lundi, le président Joe Biden a décrit Vladimir Poutine comme "dos au mur" stratégiquement, une situation qui pourrait le pousser à utiliser des armes chimiques.

Pour le président américain, la récente utilisation d'un missile hypersonique dans le conflit par l'armée russe montre l'impasse stratégique dans laquelle elle se trouve.

"Il y a une raison pour laquelle ils l'ont utilisé. Poutine est dos au mur. Il ne prévoyait ni l'étendue, ni la force de notre unité. Et plus il est dos au mur, plus il aura recours à des tactiques de plus en plus dangereuses", a mis en garde Joe Biden.

Parmis lesquelles, des armes chimiques. "Poutine suggère que l'Ukraine possède des armes biologiques et chimiques. C'est un signe clair qu'il envisage d'y avoir recours lui-même. Il l'a déjà fait dans le passé", a-t-il continué.

>> Lire l'article complet

Selon l'armée ukrainienne, les troupes russes ont des stocks de munitions et de nourriture pour "trois jours au maximum"

Dans son dernier bilan publié sur les réseaux sociaux, l'état-major des forces armées ukrainiennes a évoqué une possible pénurie de munitions et de nourriture dans les prochains jours concernant les troupes russes.

"Selon les informations disponibles, les forces d'occupation russes opérant en Ukraine disposent de stocks de munitions et de nourriture pour trois jours au maximum", écrit l'état-major.

Avant d'évoquer une situation similaire concernant l'essence. "La situation est similaire avec le carburant, qui est réapprovisionné par des camions-citernes. Les occupants n'ont pas été en mesure d'organiser un pipeline pour répondre aux besoins du groupement de troupes".

Gabriel Attal appelle à un cessez-le-feu pour "qu'il y ait une négociation"

Invité par Europe 1 ce jour, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a évoqué la situation ukrainienne alors que Volodymyr Zelensky a une nouvelle fois évoqué la possibilité de discussions avec Vladimir Poutine.

"Il faut y voir le fait que le président Zelensky est prêt à négocier avec Poutine, mais il faut être deux pour négocier. Le président Poutine n’a pas souhaité avoir cette négociation. C’est pour cela que Macron fait l’intermédiaire entre les deux", explique-t-il.

Selon lui, il est impossible "qu'il y ait une négociation avec un pistolet sur la tempe." "C'est pour cela qu'on demande un cessez-le-feu", rappelle-t-il.

Les positions des troupes russes à Marioupol dévoilées par de nouvelles images satellites

La société d'images satellites Maxar a dévoilé de nouvelles images de la ville assiégée de Marioupol, prises le 19 mars.

Sur une première image, on voit l'artillerie russe déployée près de Talakivka, au nord-est de Marioupol.

Les troupes rousses au nord de Marioupol, le 19 mars.
Les troupes rousses au nord de Marioupol, le 19 mars. © SATELLITE IMAGE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP

Sur une seconde, ce sont des tanks russes que l'on aperçoit dans les rues de Marioupol, à proximité de bâtiments détruits.

Des tanks russes dans les rues de Marioupol le 19 mars.
Des tanks russes dans les rues de Marioupol le 19 mars. © SATELLITE IMAGE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP

Sur une troisième image, ce sont des immeubles d'habitations qui apparaissent, visiblement en feu après des bombardements, malgré les déclarations du Kremlin, qui affirme ne pas viser les installations civiles.

Des immeubles en feu à Marioupol.
Des immeubles en feu à Marioupol. © SATELLITE IMAGE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP

Les services de renseignement britanniques évoquent des troupes russes "au point mort"

Les services de renseignement du ministère de la Défense britannique ont dévoilé ce matin leur dernière mise au point concernant la guerre en Ukraine.

"Malgré d'intenses combats, les forces ukrainiennes continuent de repousser les tentatives russes d'occuper le sud de Marioupol. Ailleurs, les troupes russes ont encore subi une journée d'avancée limitée, avec des troupes largement au point mort", indique le communiqué partagé sur les réseaux sociaux.

En précisant que de nombreuses villes du pays continuent de subir d'intenses bombardements.

Les sirènes anti-bombardements résonnent à Odessa

Ce mardi matin, la ville d'Odessa se réveille au son des sirènes anti-bombardements, d'après notre correspondant sur place.

Jusqu'ici relativement préservée, la ville d'Odessa, port stratégique de la mer Noire, a déjà été bombardée ce lundi.

Le Japon proteste contre l'abandon par Moscou de pourparlers de paix avec lui

Le Japon a "fermement" protesté mardi contre la décision de la Russie d'abandonner les négociations pour un traité de paix entre les deux pays en raison, selon Moscou, de la "position inamicale" de Tokyo sur le conflit en Ukraine.

"Cette situation est (en fait) le résultat de l'agression russe en Ukraine", a déclaré le Premier ministre japonais Fumio Kishida devant le Parlement à Tokyo. "La tentative (russe) consistant à déplacer cette question vers les relations entre le Japon et la Russie est extrêmement injustifiée et absolument inacceptable", a-t-il ajouté.

La France achemine 55 tonnes d'aide humanitaire vers l'Ukraine

La France a acheminé lundi 55 tonnes de matériel médical, informatique, de lait pour enfants ainsi que des groupes électrogènes vers l'Ukraine via la Pologne, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

Cette aide d'urgence, d'une valeur de 2,4 millions d'euros, a été envoyée par avion cargo A330 depuis Paris vers Varsovie, a précisé le ministère dans un communiqué.

"En lien avec les autorités polonaises, ces matériels seront remis aux autorités ukrainiennes sans délai", est-il précisé.

Zelensky prêt à discuter du Donbass et de la Crimée avec Poutine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit prêt lundi à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine d'un "compromis" sur le Donbass et la Crimée pour "arrêter la guerre".

Tout compromis au sujet de ces territoires devra toutefois être ratifié par les Ukrainiens par référendum, et être accompagné de garanties de sécurité pour son pays, a-t-il cependant averti.

> Lire notre article complet

Bonjour à tous!

Et bienvenue sur ce direct consacré au 27ème jour de la guerre en Ukraine.

Par BFMTV