BFMTV

En Belgique, un pont classé bientôt détruit pour faciliter... la navigation

Le Pont des Trous à Tournai

Le Pont des Trous à Tournai - Google StreetView

L'architecture actuelle du pont médiéval empêche la circulation de larges bateaux.

"Le capitalisme va-t-il tout détruire? Touche pas à mon patrimoine." Dimanche dernier, une banderole a été déployée par une quinzaine de gilets jaunes sur le célèbre Pont des Trous de Tournai en Belgique, avec l'idée de contester la destruction programmée par le gouvernement de Wallonie, conjointement avec l'Union Européenne, de l'édifice médiévale. 

L'imposant pont, érigé en 1281, unique outre-Quiévrain, est l'un des plus prestigieux vestiges de l'architecture militaire médiévale du pays et l'un des trois derniers ponts militaires encore debout dans le monde. Ayant survécu aux assauts des siècles, il avait du être reconstruit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, après que son arche centrale a été dynamitée. 

Pourtant, ce pan de l'histoire belge est en réel danger. Comme le signale Le Figaro, afin de favoriser le grand canal Seine-Nord qui relie la Seine à l'Escaut, il a été décidé de détruire l'édifice afin de le remplacer "par une espèce de résille, beaucoup plus haute et particulièrement inélégante" souligne Didier Rykner, fondateur du site la Tribune de l'Art.

Ainsi, le fleuve devrait être accessible aux plus gros bateaux et par conséquent, à une circulation plus intensive de marchandises. 

Déclassement par l'UNESCO et pétition

Seul problème, un tel changement du paysage de la ville de Tournai pourrait avoir des conséquences néfastes à court et long terme. Très appréciée des touristes pour son aspect médiéval, la Cité aux Cinq Clochers jouit d'une zone protégée par l'Unesco. Un classement qui comprend également la cathédrale Notre-Dame et le beffroi de la ville mais qui pourrait définitivement être perdu en cas de destruction du pont...

Une pétition a été mise en ligne par plusieurs associations dont Les Amis de la citadelle, la fondation Pasquier-Grenier et Les Amis de la cathédrale de Tournai. Elle récolte à l'heure actuelle plus de 8.000 signatures. 

Hugo Septier