BFMTV

Ebola: les ONG s’alarment, des athlètes africains privés de compétition

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a déjà causé la mort de plus de 1.000 personnes en Afrique de l’Ouest. Les ONG s’alarment.

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a déjà causé la mort de plus de 1.000 personnes en Afrique de l’Ouest. Les ONG s’alarment. - Carl De Souza - AFP

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et Médecins sans frontières (MSF), notamment, appellent à faire davantage d’efforts pour lutter contre l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola,"largement sous-évaluée", selon leurs dires.

Ils tirent la sonnette d’alarme. ONG et sociétés de Croix-Rouge ont insisté, ce vendredi, sur la nécessité de se mobiliser davantage contre le virus Ebola. Le personnel de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), présent dans les zones affectées en Afrique de l'Ouest par la fièvre hémorragique, a estimé que l'ampleur de l'épidémie était "largement sous-évaluée".

"Le personnel présent dans les zones d'épidémie relève des preuves montrant que le nombre de cas rapportés et le nombre de morts sous-estiment largement l'ampleur de l'épidémie", affirme l’Organisation mondiale de la Santé.

Au moins 1.069 morts

"L'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest continue à s'étendre, avec 1.975 cas et 1.069 morts en Guinée, au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone", rappelle l'organisation. Face à cette situation, "l'OMS coordonne une augmentation massive de la réponse internationale". Certains des besoins à satisfaire paraissent simples.

L'OMS relève par exemple que les centres américains de contrôle et de prévention des maladies vont équiper les pays touchés avec des ordinateurs pour pouvoir avoir une vision en temps réel de l'évolution de l'épidémie. Il faut aussi être capable de mettre à jour en permanence une carte des zones affectées et de leurs besoins logistiques. "On s'attend à ce que l'épidémie dure un certain temps. Le plan opérationnel de riposte de l'OMS s'étend sur les prochains mois", souligne l'organisation.

La plus grave épidémie depuis l’apparition d’Ebola

En cinq mois, cette épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait jusqu'ici 1.069 morts, selon l'OMS: 377 en Guinée, 355 au Liberia, 334 en Sierra Leone et trois au Nigeria. Jeudi, le Nigeria a annoncé un quatrième mort.

Pour le nouveau Secrétaire général de Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le sénégalais Elhadj As Sy, qui vient rentrer d'une tournée en Guinée et en Sierra Leone, la communauté internationale doit augmenter son soutien.A l'heure actuelle la capacité à faire face à l'épidémie approche de sa limite, souligne la FICR. "Nos volontaires jouent un rôle crucial dans les efforts visant à contenir l'épidémie", estime Elhadj As Sy.

"La force collective de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge réside dans sa présence unique au niveau local et dans notre expérience du travail avec et pour les communautés. Les volontaires de la Croix-Rouge (...) sont eux-mêmes issus de ces communautés, ce qui fait une énorme différence lorsqu'il s'agit de diffusion des messages de prévention ou de combattre des rumeurs ou des préjugés d'origine culturelle".

MSF pousse un cri d’alerte

Même discours du côté de Médecins sans frontières (MSF) dont les équipes (72 expatriés et 692 employés locaux dans les trois pays les plus touchés) sont souvent en charge des opérations de soins aux personnes contaminées.

L'épidémie d’Ebola en Afrique de l'Ouest "se répand et la situation se détériore plus vite que notre capacité à y faire face", avertit Joanne Liu, directrice de Médecins sans frontières (MSF) après une visite de dix jours dans la zone. "Nous avons une totale défaillance des infrastructures", a-t-elle dit jugeant que "si on ne stabilise pas la situation au Liberia, on ne stabilisera jamais la région".

Des athlètes africains privés de JO de la Jeunesse

Certains athlètes en provenance de pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie ne pourront pas participer à la 2è édition des jeux Olympiques de la Jeunesse qui commencent, ce samedi à Nankin, en Chine, ont annoncé le CIO (Comité international olympique) et le comité organisateur des Jeux.Il a été décidé que "les athlètes venant des régions infectées ne pourront pas participer aux sports de combat (2 athlètes) ni aux sports de natation (1 personne)", a-t-il été indiqué.

Les organisateurs ont en outre indiqué que les athlètes en provenance des régions infectées seraient soumis à des "prises de température régulières, ainsi qu'à des examens physiques", pendant les deux semaines des jeux. Selon le site internet de ces jeux, 25 participants des quatre pays les plus touchés par Ebola - la Sierra Leone, le Liberia, la Guinée et le Nigeria - sont attendus à Nankin (Est).

Jé. M., avec AFP