BFMTV

Virus Ebola: l'Afrique en état d'alerte

Un homme porte un masque et une combinaison de protection à l'entrée d'une tente médicale à Gueckedou, en Guinée.

Un homme porte un masque et une combinaison de protection à l'entrée d'une tente médicale à Gueckedou, en Guinée. - -

L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus grave de toute l'histoire du virus. La Guinée a annoncé samedi la fermeture de ses frontières terrestres avec le Liberia et la Sierra Leone. Tour d'horizon des mesures d'exception prises par les principaux pays touchés pour tenter d'enrayer la propagation de fièvre hémorragique.

L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus grave de toute l'histoire du virus depuis sa découverte en 1976 en Afrique centrale. Elle a fait plus de 960 morts sur près de 1.800 cas confirmés, probables et suspects dans quatre pays, essentiellement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Le Nigeria a dénombré 13 cas, dont deux mortels, selon le dernier bilan de l'OMS. L'OMS a qualifié vendredi l'épidémie d'"urgence de santé publique de portée mondiale".

Le point sur les derniers développements et les mesures prises par les principaux pays touchés pour tenter d'enrayer la propagation d'Ebola.

> La Guinée ferme ses frontières avec le Liberia et la Sierra Leone

La Guinée a annoncé samedi la fermeture de ses frontières terrestres avec le Liberia et la Sierra Leone pour tenter d'enrayer la propagation de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola affectant ces pays d'Afrique de l'Ouest.

"La Guinée a décidé de la fermeture provisoire de ses frontières terrestres avec ses voisins du Liberia et de la Sierra Leone", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara. "Ceci est momentané, le temps que nous harmonisions notre manière de lutter contre cette possibilité de propagation du virus", a-t-il précisé. Il a également indiqué que le gouvernement allait se réunir la semaine prochaine sur l'éventualité d'une instauration de l'état d'urgence sanitaire dans son pays.

Le bilan pour la Guinée est de 495 cas dont 367 mortels, d'après l'OMS et le gouvernement guinéen, qui a précisé que 94 personnes admises dans des centres anti-Ebola à travers le pays en sont sorties guéries.

> Le Nigeria sollicite des volontaires

De nouveaux cas d'Ebola ont été signalés par le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, accroissant la préoccupation face à l'épidémie de cette fièvre hémorragique ayant fait près de 1.000 morts en Afrique de l'Ouest et déclarée "urgence de santé publique de portée mondiale" par l'OMS.

Avec 13 cas confirmés, probables ou suspects (dont deux mortels) enregistrés en moins de trois semaines selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Nigeria est le quatrième pays affecté par l'épidémie, qui restait samedi limitée à Lagos, capitale économique et ville la plus peuplée d'Afrique de l'Ouest avec plus de 20 millions d'habitants.

Pour lutter contre la flambée, l'Etat de Lagos a fait appel samedi aux volontaires, reconnaissant être confronté à un manque de personnel, deux jours après la levée d'un mot d'ordre de grève de médecins de la Santé publique. En raison de l'apparition du virus à Lagos, le Nigeria a décidé d'accorder plus de 11,5 millions de dollars (plus de 8,6 millions d'euros) à la lutte contre l'épidémie et décrété vendredi l'état d'urgence sanitaire.

> En Sierra Leone, plus de 1.500 policiers et militaires déployés

Plus de 1.500 policiers et militaires sont en cours de déploiement en Sierra Leone pour faire respecter les mesures de quarantaine dans des zones en proie à l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, a annoncé samedi le gouvernement.

"Le nombre total que nous sommes en train de déployer est de 1.501 personnes", a déclaré le ministre de la Défense, Palo Conteh, à l'antenne de la radio-télévision publique SLBC. Sur ce total, a-t-il précisé, 750 personnes - en priorité des policiers - sont à Kailahun et Kenema, deux villes de l'est du pays mises en quarantaine jeudi en vertu de l'état d'urgence sanitaire en vigueur depuis le 1er août dans le pays. Le reste des effectifs doit rejoindre les régions de l'Ouest, comprenant la capitale Freetown, et du Nord.

Pour la Sierra Leone, le dernier bilan est de 717 cas, dont 298 mortels.

> Au Liberia, report de la campagne des sénatoriales

La campagne pour les élections sénatoriales partielles au Liberia a été reportée sine die en raison des restrictions de déplacement imposées par la lutte contre l'épidémie d'Ebola, a annoncé samedi la commission électorale.

Cette campagne, initialement prévue du 12 août au 12 octobre, a été reportée "à une date qui sera annoncée ultérieurement", a affirmé la Commission nationale des élections (NEC) dans un communiqué. "Avec la situation qui prévaut sur le terrain, nos agents ne peuvent pas être déployés partout dans le pays et les candidats eux-mêmes ne pourront pas faire leur propre campagne à cause des restrictions liées aux mesures prises contre Ebola", a-t-elle expliqué.

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a décrété le 6 août l'état d'urgence dans le pays pour 90 jours en raison de l'épidémie d'Ebola.

V.R. avec AFP