BFMTV

Face aux talibans, des femmes afghanes manifestent à Kaboul pour défendre leurs droits

Plusieurs femmes afghanes ont manifesté mardi dans les rues de Kaboul, devant des talibans, deux jours après leur prise du pouvoir.

Les images ont été largement relayées sur les réseaux sociaux. Elles montrent quatre femmes afghanes qui manifestent, brandissant des affichettes, devant des talibans en armes. C'est le correspondant d'Al Jazeera en Afghanistan qui a filmé cette manifestation à Kaboul, mardi, soit deux jours après la prise de pouvoir des talibans dans la capitale du pays.

Selon Le Parisien, ces femmes se seraient brièvement rassemblées devant l'entrée de la zone verte - le quartier international et diplomatique - pour demander le droit de revenir y travailler comme cuisinières ou femmes de ménage. Des talibans auraient dans un premier temps tenté de les disperser sans succès. Des civils les auraient ensuite convaincues de partir.

De fortes inquiétudes

Si les talibans ont déclaré que les droits des femmes seraient respectés, qu'elles seraient autorisés à travailler et étudier - dans le respect de la loi islamique - les inquiétudes demeurent. Lorsque les talibans dirigeaient l'Afghanistan entre 1996 et 2001, les écoles de filles étaient fermées, les femmes ne pouvaient ni voyager ni travailler et étaient obligées de porter en public une burqa - un voile intégral qui recouvre le corps et le visage avec une grille en tissu au niveau des yeux.

Les femmes ne pouvaient quitter leur domicile qu'accompagnées d'un "mahram", un chaperon masculin de leur famille, et les flagellations et les exécutions, y compris les lapidations pour adultère, étaient pratiquées sur les places des villes et dans les stades.

Les femmes "nécessaires pour la société"

Pour l'instant, les talibans tentent de rassurer. Un porte-parole a ainsi assuré lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mardi que les femmes ne seraient pas obligées de porter la burqa. Il a également déclaré que les femmes étaient "nécessaires pour la société", "on a besoin d'elles pour la médecine, l'éducation, la police, la justice". Des images montrant des fillettes allant à l'école ont également été diffusées.

Ce qui ne rassure pas. La militante pakistanaise et prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a exprimé ses craintes pour ses "sœurs afghanes". "Les filles et les jeunes femmes afghanes se retrouvent encore une fois dans une situation où je me suis moi-même trouvée - désespérées à l'idée qu'elles ne vont peut-être jamais être autorisées à revenir dans une salle de classe, ou à tenir un livre."

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois-Alaya Journaliste BFMTV