BFMTV

Crise des sous-marins: Mélenchon et Le Pen critiques envers l'échange Macron-Biden

Alors que Marine Le Pen a estimé que le président de la République abandonnait "l'indépendance" et "la fierté" du pays, Jean-Luc Mélenchon a évoqué "une capitulation" de celui-ci.

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé mercredi une "capitulation" et Marine le Pen a ironisé sur la défense de la fierté de la France par Emmanuel Macron après la conversation téléphonique entre le président de la République et Joe Biden sur la crise des sous-marins.

Lors de cet appel, Emmanuel Macron et Joe Biden ont promis de restaurer la "confiance" entre la France et les Etats-Unis après la crise des sous-marins australiens, qui aurait pu être évitée par "des consultations ouvertes" en amont, selon un communiqué commun de l'Elysée et de la Maison Blanche. Dans ce contexte d'apaisement, l'ambassadeur français aux Etats-Unis, Philippe Etienne, va retourner à Washington la semaine prochaine.

"Ça y est! Macron a capitulé sans condition devant Biden", a écrit Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Macron remet sa laisse à la France humiliée", a ajouté le candidat de la France insoumise à l'Elysée.

Certains veulent une commission d'enquête

Pour sa part, Marine Le Pen s'est voulue plus ironique: "Dans le domaine de la préservation de notre indépendance et de notre fierté, avec Emmanuel Macron, le pire est toujours sûr!" a-t-elle lancé sur Twitter, après la conversation très attendue entre le président français et son homologue américain.

Parmi les autres réactions, le sénateur socialiste Rachid Temal a plaidé pour une "commission d'enquête" parlementaire sur l'affaire des contrats australiens annulés.

"Si je comprends bien un simple coup de fil de Biden à Macron lui annonçant en avant première l'éviction de la France du contrat du siècle aurait suffit ?! Ce n'est pas sérieux", a-t-il réagi également sur Twitter.

La sénatrice centriste Nathalie Goulet avait demandé lundi la création d'une commission d'enquête après l'annonce par l'Australie de sa décision d'annuler un contrat d'achat de sous-marins français en faveur de navires américains à propulsion nucléaire.

Par L.A. avec AFP