BFMTV

Crash en Iran: le Canada endeuillé

Rassemblement à London , dans l'Ontario, après la mort de 63 Canadiens dans un crash mercredi 8 janvier

Rassemblement à London , dans l'Ontario, après la mort de 63 Canadiens dans un crash mercredi 8 janvier - Geoff Robins - AFP

Sur les 176 personnes tuées sur le vol Téhéran-Kiev, 138 personnes se rendaient ensuite au Canada, où se trouve une forte communauté iranienne.

176 personnes ont été tuées dans le crash d'un Boeing 737 ukrainien reliant Téhéran à Kiev mercredi. Parmi eux, "au moins" 63 Canadiens, a annoncé mercredi le Premier ministre Justin Trudeau.

"Au total 138 passagers sur ce vol [Kiev-Téhéran] se rendaient au Canada, autant de personnes qui ne retrouveront pas leurs parents, leurs amis, leurs collègues, ou leurs familles", a déclaré lors d'une conférence de presse un Justin Trudeau ému.

Le Canada héberge en effet l'une des plus importantes diasporas iraniennes d'Amérique du Nord, avec 210.000 Canadiens d'origine iranienne recensés en 2016, selon les chiffres officiels. La compagnie Ukraine International Airlines propose des vols relativement économiques reliant Toronto et Téhéran, avec escale à Kiev.

"Tout le monde est choqué maintenant"

Parmi les victimes, "un couple de jeunes mariés, une famille de quatre personnes, une mère et ses deux filles, des étudiants brillants, des universitaires dévoués", a poursuivi le chef du gouvernement, qui a une nouvelle fois offert ses condoléances aux familles des victimes de cette "tragédie bouleversante".

Radio Canada raconte la mort tragique de ce jeune couple tout juste marié en Iran, venant d'obtenir la citoyenneté canadienne, et souligne que sur les 63 victimes nationales, on compte 7 enfants de moins de 10 ans. Le Huffington Post canadien a dressé une liste de victimes canadiennes. Parmi elles, des parents et leurs enfants voyageant ensemble. Tous morts.

"L'un de mes amis, lui, sa femme et leurs deux jeunes filles ont été tués. Ses filles avaient 9 et 14 ans", raconte Payman Parseyan, un membre de la communauté d'origine iranienne établie à Edmonton (Alberta, ouest), sur la chaîne CBC. "C'est dévastateur. Nous avons perdu environ 1% de notre communauté sur ce vol", a-t-il souligné, en référence aux Iraniens d'Edmonton.

"Certains étaient dentistes, médecins, des gens très éduqués. Tout le monde est choqué maintenant", raconte à l'AFP Kavoss H. Zadeh. Comme lui, de nombreux habitants de "Little Tehran", un quartier de Toronto qui abrite la principale communauté d'origine iranienne du Canada, pleuraient mercredi la mort des 63 Canadiens.

Catastrophe aérienne la plus meurtrière depuis 1985

Les membres des familles des victimes sont "tous très émus et ne sont pas prêts à accepter le fait que leurs êtres chers ne sont plus avec eux aujourd'hui", a expliqué Hamid Gharajeh, porte-parole de l'Association démocratique iranienne du Canada.

"Certains d'entre eux se pressent pour avoir un billet d'avion pour Téhéran et être présents pour les funérailles de leurs êtres chers", a-t-il précisé.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a réclamé une "enquête approfondie" sur cette catastrophe aérienne, la plus meurtrière impliquant des Canadiens depuis l'attentat contre un Boeing 747 d'Air India en 1985, dans lequel 268 Canadiens avaient trouvé la mort.

Selon la diplomatie ukrainienne, se trouvaient sur le vol du Boeing 737 82 Iraniens, 63 Canadiens, dix Suédois, quatre Afghans et trois Britanniques. Onze autres étaient Ukrainiens, dont les neuf membres d'équipage.

Salomé Vincendon avec AFP