BFMTV

Covid-19: l'Irlande s'enfonce dans une situation catastrophique et durcit ses mesures

Les Dublinois en masque.

Les Dublinois en masque. - Paul Faith

Le gouvernement de la République d'Irlande a annoncé mercredi la fermeture de toutes ses écoles jusqu'à la fin du mois de janvier. L'île fait face à une explosion des cas de Covid-19 sous les assauts d'une troisième vague qui menace déjà de surpasser les précédentes.

2307 morts depuis le début de la crise, plus de 127.657 cas, et 921 personnes contaminées actuellement dans les hôpitaux de ce pays de cinq millions d'habitants, la situation est désormais bien sombre. L'Irlande, confrontée à un "tsunami" de contaminations au Covid-19, a décidé mercredi de fermer au moins jusqu'à la fin du mois ses écoles, durcissant ainsi davantage encore le confinement réinstauré après Noël.

Des tests onéreux

"A partir d'aujourd'hui et au moins jusqu'à la fin du mois de janvier", "toutes les écoles doivent rester fermées et les enseignements se faire en ligne", hormis quelques rares exceptions, a déclaré le Premier ministre Micheal Martin, annonçant une nouvelle série de mesures pour éviter la submersion du système de santé.

Il est d'ailleurs difficile de se faire une idée très juste de l'ampleur de l'épidémie en Irlande car les tests ne sont gratuits que pour les cas symptômatiques et leur cas contacts. Sinon, il est très onéreux, comme l'a souligné sur BFMTV jeudi soir une Française expatriée en Irlande qui a parlé de prix allant de "99 à 150 euros".

Des hôpitaux "en état de siège"

Le virus place les hôpitaux irlandais "en état de siège", a-t-il déclaré, "nous faisons face à un tsunami de contaminations". Selon les autorités sanitaires, le pays de cinq millions d'habitant recense 921 patients infectés par le nouveau coronavirus dans ses hôpitaux, plus que lors de la première vague. Détaillant une décision "difficile", le Premier ministre a souligné que le "virus est arrivé à un point où nous devons simplement arrêter autant que possible les déplacements dans le pays". Les chantiers de construction doivent également cesser leur activité à partir de vendredi, a-t-il ajouté.

Jusqu'alors, les déplacements liés à l'éducation figuraient parmi les exceptions à la consigne de rester chez soi annoncée il y a une semaine, qui marquait déjà un resserrement du confinement entré en vigueur après Noël, le troisième pour le pays. "Nous faisons face à un mois de janvier qui s'annonce très sombre", a estimé le vice-Premier ministre Leo Varadkar, "une troisième vague qui pourrait être pire que la première. Il a évoqué un "grave risque" de submersion des hôpitaux et unités de soins intensifs. Jeudi, le même homme a prévenu les commerçants, comme l'a relevé ici RFI: "Préparez-vous à ne pas rouvrir avant la fin mars". Les allocations pandémie sont quant à elles prolongées, pou un coût de deux milliards d'euros.

Le gouvernement a également annoncé que l'interdiction des arrivées en provenances de Grande-Bretagne et d'Afrique du Sud, pays touchés par des variants du virus, prendrait fin samedi. Les arrivants en provenance de ces deux pays devront désormais présenter un test négatif effectué dans les 72 heures qui précèdent pour pouvoir entrer sur le territoire irlandais.

Robin Verner
Robin Verner avec AFP Journaliste BFMTV