BFMTV

Covid-19: l'Amérique latine-Caraïbes devient la région du monde la plus endeuillée par le virus

Une soignante s'occupe d'un patient atteint du coronavirus, le 5 juin 2020 à Rio de Janeiro, au Brésil

Une soignante s'occupe d'un patient atteint du coronavirus, le 5 juin 2020 à Rio de Janeiro, au Brésil - Mauro Pimentel © 2019 AFP

Avec au moins 213.000 décès, la région dépasse l'Europe qui comptabilise 212.600 morts depuis le début de l'épidémie.

L'Amérique latine et les Caraïbes sont devenues vendredi la région du monde la plus touchée en nombre de morts par le nouveau coronavirus, selon un comptage réalisé par nos confrères de l'AFP à partir de données officielles.

Avec au moins 213.120 décès, cette région dépasse l'Europe, qui comptabilise 212.660 morts, selon un bilan établi à 17h GMT. Les deux régions concentrent 6 décès sur 10 recensés dans le monde.

5,3 millions de cas dont plus de la moitié au Brésil

Ces sept derniers jours, 44% des décès dans le monde ont été enregistrés en Amérique latine et aux Caraïbes (environ 18.300 pour un total de 41.500). La région est également celle qui compte le plus de cas d'infection, avec plus de 5,3 millions de contaminations, en majeure partie au Brésil (2,9 millions de cas, près de 100.000 morts).

Dans ce dernier pays, le bilan officiel est "six à sept fois inférieur à la réalité", estime Domingos Alves, spécialiste brésilien des statistiques liées à la pandémie. Le président Jair Bolsonaro, qui n'a cessé de minimiser la maladie qu'il qualifie de "petite grippe", a dit vendredi avoir "la conscience tranquille" sur sa gestion de la crise.

Record de contaminations à Cuba

Le Mexique est devenu le troisième pays le plus endeuillé au monde, en dépassant la barre des 50.000 morts (50.517, avec 462.690 cas confirmés), un bilan bien supérieur aux prévisions du gouvernement du président Andres Manuel Lopez Obrador, très critiqué.

A Cuba, qui a enregistré son nombre de cas journaliers le plus élevé en trois mois, les autorités ont à nouveau restreint vendredi la circulation des véhicules et des personnes à La Havane.

H.G. avec AFP