BFMTV

Brésil: Jair Bolsonaro affirme avoir de "la moisissure dans les poumons", sa femme testée positive au Covid-19

Jair Bolsonaro et son épouse Michelle Bolsonaro le 15 mai dernier à Brasilia.

Jair Bolsonaro et son épouse Michelle Bolsonaro le 15 mai dernier à Brasilia. - MARCOS CORREA / BRAZILIAN PRESIDENCY

Le président brésilien, désormais rétabli du coronavirus, a affirmé qu'il pouvait avoir de la "moisissure dans les poumons". Sa femme a elle-aussi été testée positive au Covid-19.

Après la contamination du président brésilien, c'est désormais son épouse Michelle Bolsonaro qui a été testée positive au coronavirus, a annoncé jeudi la présidence. Âgée de 38 ans, la Première dame du Brésil est cependant "en bonne santé".

Quelques jours auparavant, Jair Bolsonaro avait remercié Dieu et l'hydroxychloroquine de l'avoir guéri de son infection au Covid-19.

"En ce qui me concerne, je remercie d'abord Dieu, et deuxièmement, le médicament prescrit par le médecin présidentiel: l'hydroxychloroquine", a-t-il déclaré jeudi dernier pendant un discours.

Une quarantaine de 20 jours

Mais dans une vidéo diffusée en direct sur Facebook, ce dernier a pourtant affirmé jeudi qu'il se sentait faible et qu'il était possible qu'il ait "de la moisissure" dans les poumons en raison de la quarantaine qui lui a été imposée. Jair Bolsonaro a été contraint d'observer une quarantaine de 20 jours dans sa résidence officielle de Brasilia, faisant successivement trois tests positifs au coronavirus.

"Je viens de passer un examen sanguin. J'étais un peu faible hier", a déclaré le président brésilien face caméra. "Ils ont également trouvé un peu d'infection, et je prends désormais des antibiotiques. Ça doit être ces 20 jours cloîtré à l'intérieur, on attrape d'autres choses. J'ai attrapé de la moisissure dans mes poumons. Ça doit être ça", a-t-il poursuivi.

Pendant cette vidéo, le président Bolsonaro a réaffirmé plus que jamais sa foi inébranlable dans l'hydroxychloroquine, un traitement très contesté par les scientifiques.

Jair Bolsonaro, 65 ans, avait annoncé le 7 juillet être infecté par le coronavirus, qu'il a longtemps qualifié de "petite grippe" mais qui a tué plus de 90.000 personnes dans le pays. Le Brésil est le deuxième pays au monde derrière les Etats-Unis où le coronavirus tue le plus. Il compte désormais plus de 2,5 millions de cas d'infection.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV