BFMTV

Coronavirus: en Suisse, un déconfinement accéléré qui fait craindre le pire

Les autorités suisses ont annoncé cette semaine que les mesures sanitaires prises pour enrayer l'épidémie vont être assouplies plus tôt que prévu.

"Nous devons apprendre à vivre avec le virus." La présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga est revenue au cours d'une conférence de presse le mercredi 29 avril sur la pandémie de coronavirus qui frappe également le pays helvète. 

"Il faudra encore un certain temps pour un vaccin", a ajouté la présidente pour justifier un prochain assouplissement des mesures sanitaires prises pour enrayer la propagation du Covid-19 sur le territoire national. 

Prochaine étape dans le calendrier suisse: le 11 mai qui marquera la réouverture des restaurants ou encore des musées alors qu'en France aucune date n'a encore été décidée pour ces établissements. 

Levée progressive d'un "semi-confinement"

Contrairement à ses voisins européens, la Suisse n'a pas instauré un confinement strict à sa population. Bien qu'un grand nombre de commerces aient dû fermer le 16 mars dernier, la plupart ont pu rouvrir le 27 avril. À titre d'exemple: les jardineries, les salons de coiffure ou encore les magasins de bricolage. 

De la même manière, alors que les écoles doivent rouvrir très progressivement et dans des conditions strictes le 11 mai prochain, celles-ci pourront tout à faire accueillir de nouveau les élèves suisses à cette même date. Les modalités d'accueil des enfants seront alors du ressort des communes et des cantons.

En revanche - et à la différence de la France - les lycées, les formations professionnelles et les universités vont pouvoir de nouveau organiser des cours... jusqu'à cinq personnes. Les cours avec présence des élèves devraient reprendre le 8 juin prochain. Enfin la décision de la tenue ou non des examens de maturité (de fin d'année) relèvera de chaque canton.

Les autres magasins et marchés pourront ouvrir le 11 mai prochain. Les activités sportives, tant pour les amateurs que pour les professionnels, seront de nouveau autorisées et les transports publics reprendront leur trafic normal. 

"Ce qui nous permet d’envisager ces réouvertures, c’est qu’on a eu dans notre pays une population qui a très vite adhéré aux mesures que nous avons proposé dès le mois de février et de mars", justifie Alain Berset, conseiller fédéral suisse en charge de la santé sur BFMTV.

Les Suisses pas épargnés par le Covid-19

Des mesures déjà attendues, à la différence de la réouverture des restaurants, musées, bibliothèques et archives du pays qui a surpris. Le Conseil fédéral suisse - l'organe exécutif de la confédération - avait initialement prévu leur réouverture pour le 8 juin seulement.

Une décision que justifie le gouvernement suisse, expliquant qu'il est "relativement facile" de faire respecter par la population les gestes barrières et la distanciation sociale.

"Ce n'est pas une ouverture des restaurants comme si rien ne s’était passé. On ouvre les restaurants avec des limitations strictes, avec un nombre strict de personnes par table et avec des distances (entre les tables, ndlr) qui doivent être respectées", souligne Alain Berset sur BFMTV.

Ainsi les tables de restaurant, espacées ou isolées, ne pourront accueillir que quatre personnes maximum ou seulement des familles. D'autres mesures pour la restauration doivent être annoncées le 27 mai prochain.

De la même manière, le port du masque n'est pas obligatoire dans les transports mais seulement recommandé en cas de fort afflux de voyageurs.

Des mesures sanitaires assouplies "plus rapidement que prévu" face à l'évolution favorable de l'épidémie, a justifié le ministre suisse de la Santé alors que le coronavirus fait plus de 1400 morts dans le pays qui compte 8,5 millions d'habitants. À titre de comparaison, 24.376 personnes sont mortes du coronavirus en France qui compte 67 millions d'habitants

La crainte d'une deuxième vague

Les autorités suisses devraient disposer, tout comme la France, d'ici la mi-mai d'une application de tracking non obligatoire informant son utilisateur s'il a été en contact ou non avec une personnes contaminée.

Certaines mesures sanitaires demeurent appliquées au sein du pays comme l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes, des manifestations de plus de 1000 personnes jusqu'à la fin des vacances d'été et le maintien des contrôles aux frontières qui sont toujours en vigueur. Sur cette dernière question le conseiller fédéral suisse estime sur BFMTV qu'"il ne faut pas faire les choses de manière isolée". 

Alain Berset déclare par ailleurs ne pas savoir comment vont se dérouler les vacances d'été en Suisse. "On espère avoir la chance de pouvoir avoir une vraie saison d’été mais on en est pas sûr", explique le conseiller fédéral qui prévient toutefois qu'"on ne pourra pas envisager facilement des vacances à l’étranger" cette année.

Des décisions susceptibles d'être revues au cours de la séance du 27 mai prochain durant laquelle le Conseil fédéral statuera sur différentes thématiques.

Reste que l'assouplissement avancé de ces règles sanitaires pourrait s'avérer dramatique selon des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et de l'université américaine Johns Hopkins. Ces derniers anticipent une deuxième vague épidémique au cours de l'été. Plusieurs millions de Suisses pourraient alors contracter le virus et le bilan s'établirait entre 5000 et 15.000 morts pour le pays.

Hugues Garnier avec AFP