BFMTV

Barcelone: Manuel Valls sèche sur une question sur le prix du ticket de métro

Manuel Valls à Barcelone - Image d'illustration

Manuel Valls à Barcelone - Image d'illustration - Josep Lago - AFP

Le candidat à la mairie catalane a été incapable de donner le prix d'un ticket de métro.

Depuis l'annonce officielle de sa candidature à la maire de Barcelone, l'ancien Premier ministre Manuel Valls s'est mis à l'heure catalane. L'accueil qui lui est réservé reste mitigé: de nombreux Barcelonais s'interrogent sur le bien-fondé de sa présence, alors qu'il était il y a encore quelques semaines député français à l'Assemblée nationale

Son interview de la semaine dernière au journal local Ara et ses réponses évasives ne devraient pas permettre à Manuel Valls de faire décoller sa cote de popularité, alors qu'ils est crédité du plus mauvais score parmi les candidats, selon un récent sondage

"Quand je prends le taxi, ça coûte entre 7 et 10 euros"

"Combien coûte un ticket de métro à Barcelone?" A cette question posée par la journaliste catalane, l'ancien cadre du Parti socialiste a préféré botter en touche. "Nous venons de parler de thèmes très importants et je ne veux pas entrer dans ce débat, ni parler du coût du pain" a-t-il expliqué. 

"Ce que je peux vous dire c’est que quand je prends le taxi, ça coûte entre 7 et 10 euros. Mais je ne rentre pas dans ce débat qui n’intéresse pas les Barcelonais." A titre indicatif, un ticket simple pour emprunter le métro de la capitale catalane coûte 2,20 euros.

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les internautes à railler le candidat, estimant que ce dernier s'est "ridiculisé en parlant des taxis."

"Grand Barcelone"

Lors de cet entretien, Manuel Valls en a malgré tout profité pour donner son projet pour la ville de Barcelone en cas de victoire aux municipales de 2019. La deuxième ville d'Espagne subit actuellement une crise importante du logement et la prolifération des locations Airbnb est très largement montrée du doigt. 

"C’est un sujet très compliqué, il ne faut pas faire de démagogie. Il ne peut y avoir qu’une solution à l’échelle de la métropole. Il reste de la place à Barcelone. Ce ne peut pas être la seule solution, mais avec une vision de l’urbanisme et de l’architecture de Barcelone, vous pouvez construire de hautes tours" a-t-il extrapolé, affirmant vouloir bâtir un "Grand Barcelone." 

Le premier tour de cette élection municipale aura lieu le 26 mai prochain. 
dossier :

Manuel Valls

Hugo Septier