BFMTV

Attentat de Berlin: le suspect est un Tunisien âgé de 24 ans

Le suspect de l'attentat de Berlin est toujours en fuite, mais il a été identifié. La police allemande recherche un Tunisien de 24 ans, connu sous de multiples identités, et déjà repéré par les services de renseignement locaux.

Longtemps, la plus stricte prudence a prévalu en Allemagne dans la recherche du principal suspect, toujours en cavale, de l'attentat de Berlin. Ce mercredi matin, le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, se bornait à indiquer que le nouveau suspect faisait l'objet d'un "mandat d'arrêt depuis minuit". Mais son identité a été dévoilée.

Il cumulait six alias différents

La presse a, en effet, publié l'identité et la photo de l'homme que la police soupçonne d'avoir tenu le volant du camion qui a semé la mort et l'effroi dans un marché de Noël berlinois, le 19 décembre dernier. Ce suspect s'appelle Anis Amri, il est âgé de 24 ans et il est de nationalité tunisienne. 

Sur le plateau de BFMTV, le journaliste Dominique Rizet a noté qu'il évoluait parfois sous pseudonyme et cumulait ainsi six alias. Pire, il était déjà dans le viseur des services antiterroristes allemands qui surveillaient ses activités. Dominique Rizet a aussi émis l'hypothèse selon laquelle cet homme, disparu depuis près de deux jours, était soutenu par un réseau: "Il a disparu depuis bientôt 48 heures, on peut se demander s'il bénéficie de complicités!"

Sa demande d'asile a été refusée en juin 2016

Il n'y a pas qu'avec les identités que l'individu joue...mais aussi avec les nationalités: "Il est tantôt Libanais, tantôt Egyptien. Il a eu le temps de se préparer", note Dominique Rizet. Anis Amri serait arrivé en Allemagne en juillet 2015. Il séjourne à Berlin en février 2016, et reste mobile en permanence.

Anis Amri était non seulement connu des services de renseignement allemands mais il était aussi dans une situation précaire vis-à-vis de l'administration: "En juin 2016, sa demande d'asile est refusée. Mais il ne peut pas être expulsé tout de suite car ses papiers tunisiens ne sont pas en règle", signale Dominique Rizet. 

Le parquet antiterroriste allemand a annoncé que l'Etat offrait 100.000 euros pour sa capture. 

R.V.