BFMTV

Vol d'AirAsia disparu: l'aviation malaisienne est-elle maudite?

Des avions d'AirAsia et de la Malaysia Airlines dans l'aéroport de Kuala Lumpur, en 2006.

Des avions d'AirAsia et de la Malaysia Airlines dans l'aéroport de Kuala Lumpur, en 2006. - Teh Eng Koon - AFP

VIDEO - La disparition dimanche du vol QZ8501 de la compagnie low-cost AirAsia intervient après des catastrophes sur deux vols de la compagnie nationale Malaysia Airlines: la perte du  MH370 en mars, toujours introuvable, et le crash du MH17 dans l'est de l'Ukraine en juillet.

2014, annus horribilis pour l'aviation malaisienne. "Nous sommes maudits", se plaint Subramaniam Gurusamy, , dont le fils Puspanathan Subramaniam se trouvait parmi les 239 personnes à bord du vol MH370, disparu en mars dernier. La disparition dimanche du vol QZ8501 d'AirAsia ponctue une année tragique pour des Malaisiens, encore sous le choc de la perte de deux appareils de la compagnie aérienne nationale.

Après la disparition toujours mystérieuse en mars du vol MH370 de la Malaysia Airlines à destination de Pékin, puis le crash en juillet dans l'est de l'Ukraine du vol MH17, probablement abattu par un missile sol-air, il s'agit de la troisième catastrophe subie par une compagnie malaisienne depuis le début de l'année.

L'appareil opéré par AirAsia Indonesia, filiale de la compagnie malaisienne à bas coût AirAsia, a disparu dimanche entre l'Indonésie et Singapour avec 162 personnes à bord, dont le copilote français. Les autorités ont averti que l'Airbus se trouvait probablement "au fond de la mer".

"Je crois que nous sommes maudits"

"Pourquoi ce pays subit-il autant d'épreuves? Quand les désastres s'abattent sans prévenir, c'est très douloureux. S'agit-il d'une malédiction? Je crois que nous sommes maudits", se plaint Subramaniam Gurusamy.

Ce père endeuillé résume ainsi le désarroi de nombreux Malaisiens au moment où ils célèbrent normalement les fêtes de fin d'année.

D'autant que s'ajoutent à cette disparition de graves inondations qui ont fait plus de 160.000 déplacés, les pires à toucher le pays depuis plusieurs décennies.

"Unissons-nous et prions"

Les usagers des réseaux sociaux ont offert aux proches des disparus de prier pour eux, demandant aussi au flamboyant patron d'AirAsia Tony Fernandes de rester fort. "Je prie personnellement pour tous les passagers et membres d'équipage de l'Airbus A320 d'AirAsia QZ8501. Et spécialement pour mon cousin, le steward Oscar Desano", écrit sur Twitter Paris Duarte.

A travers tout le pays, des cierges ont été allumés dans les églises. "Nous sommes de tout coeur avec les familles qui attendent dans l'angoisse des informations sur la localisation de l'appareil", écrit le Conseil des églises de Malaisie sur sa page Facebook.

Pour Harussani Zakaria, mufti de l'Etat de Perak, dans le nord du pays, la disparition de l'avion comme les inondations sont imputables aux rivalités politiciennes. "En raison des combats politiques permanents, Allah nous met à l'épreuve", déclare-t-il. "De tels incidents sont un test. Nous devons nous unir et promouvoir la paix entre les peuples. Je prie pour les familles et j'espère (que les personnes à bord de l'avion) rentreront indemnes à la maison".

Malaysia Airlines adresse ses "pensées et prières" aux proches

Le Premier ministre malaisien Najib Razak a lui aussi utilisé les réseaux sociaux pour exprimer sa solidarité. "J'ai appelé le président (indonésien) Joko Widodo. Ai exprimé notre profonde préoccupation. Ai offert la totale coopération de la Malaisie pour les opérations de secours", dit-il sur Twitter.

Toujours sous le coup de la perte de ses propres appareils, Malaysia Airlines a dit sa solidarité avec son concurrent à bas coût. ""#staystrong @AirAsia -- Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux amis de ceux qui sont à bord du QZ8501".

AirAsia est le plus grand transporteur "low cost" d'Asie et un gros client de l'avionneur européen Airbus. La disparition encore inexpliquée de l'A320-200 est le premier incident grave enregistré par AirAsia en 13 ans d'activité. Depuis, les logos d'ordinaire rouge vif qui ornent les comptes Facebook et Twitter d'AirAsia ont viré au gris.

V.R. avec AFP