BFMTV

Un an après le séisme, le Népal tarde à se reconstruire

La catastrophe avait fait 9.000 victimes et détruit un demi-millions de logements.

Des cérémonies à la mémoire des victimes en même temps que des manifestations de mécontentement. C'est dans ce double état d'esprit d'hommage et d'impatience que le Népal a marqué dimanche l'anniversaire du séisme qui a dévasté le 25 avril 2015 le pays, faisant 9.000 victimes et détruisant un demi-million de logements.

Des centaines de Népalais ont notamment observé une minute de silence près du lieu à Katmandou où se dressait une tour du 19e siècle rasée par la secousse. Le Premier ministre K.P. Sharma Oli a déposé une gerbe de des fleurs. Non loin, là où se dressait un important temple, des moines bouddhistes récitaient des prières.

Quatre millions de Népalais dans des abris temporaires

Dans le même temps, la colère monte face à la lenteur de la reconstruction, donnant lieu à plusieurs manifestations.

Des manifestants protestent contre les lenteur de autorités à reconstruire le pays, le 24 avril 2016 à Katmandou.
Des manifestants protestent contre les lenteur de autorités à reconstruire le pays, le 24 avril 2016 à Katmandou. © Prakash Mathema - AFP

"Aujourd'hui, aucune maison n'a été reconstruite. Ca veut dire que des millions de personnes vivent encore dans des habitats précaires", a estimé Sarah Blin, directrice de la mission Handicap international au Népal. Selon la Croix-Rouge, quelque quatre millions de personnes vivent dans des abris temporaires.

Le retard dans la reconstruction, malgré de "très grosses promesses" financières de la communauté internationale, est lié à la "lourdeur" des procédures administratives, qui "mettent du temps à se mettre en place", explique Martin Rosselot, directeur d'Action contre la faim (ACF) au Népal.

134 euros distribués, contre 1.800 promis

"Le système d'allocation vient juste d'être communiqué", déclare le cadre d'ACF, alors que "beaucoup de gens vivent sous des tôles ondulées", dans des conditions "peu stables", avec une "forte vulnérabilité". Beaucoup n'ont d'autres choix que de reconstruire seuls leur maison.

Mi-mars, l'Autorité de reconstruction nationale (NRA), dont la constitution avait été retardée de six mois en raison de différends politiques, a annoncé l'ouverture de canaux bancaires pour distribuer l'argent aux victimes. Jusqu'alors, celles-ci n'avaient reçu que 150 dollars (134 euros) par foyer, alors que le gouvernement avait promis 2.000 dollars (près de 1.800 euros) supplémentaires pour reconstruire les maisons.

la rédaction avec AFP