BFMTV

Quand les hooligans cristallisent les tensions entre la France et la Russie

Des supporters s'affrontent en marge du match Angleterre-Russie, le 11 juin, sur le Vieux-Port de Marseille.

Des supporters s'affrontent en marge du match Angleterre-Russie, le 11 juin, sur le Vieux-Port de Marseille. - Jean-Christophe Magenet - AFP

Moscou n'a pas apprécié l'arrestation par les autorités françaises de 43 supporters russes mardi, à Mandelieu-la-Napoule, en marge de l'Euro-2016. Et l'a fait savoir ce mercredi en convoquant l'ambassadeur de France en Russie.

L'Euro 2016 est en train de virer à la crise diplomatique entre Paris et Moscou. L'ambassadeur de France en Russie, Jean-Maurice Ripert, a été convoqué ce mercredi par le ministère russe des Affaires étrangères, après l'arrestation d'un groupe de 43 supporters russes qui faisaient route entre Marseille et Lille, mardi. Interpellés dans le cadre de l'enquête sur les violences au sein de la cité phocéenne, en marge du match Angleterre-Russie du 11 juin, ils ont été placés en garde à vue. Seuls onze d'entre eux ont été remis en liberté pour le moment. 

Moscou dénonce une atmosphère "antirusse"

Au cours de sa convocation, l'ambassadeur français a été mis en garde contre l'atmosphère "antirusse" et une "aggravation" des relations franco-russes. Dans un communiqué, la diplomatie russe a expliqué avoir notamment attiré "l'attention du diplomate français sur le caractère discriminatoire et non-sélectif des mesures prises à l'encontre de ces citoyens russes". 

Quelques instants plus tôt, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, avait dénoncé, au sujet de l'arrestation, "un incident absolument inadmissible", témoignant d'une crispation du côté de Moscou. Sur Twitter, le président de l'Association des supporters russes, Alexandre Chpryguine, proche de l'extrême-droite russe, a lui aussi dénoncé une arrestation injuste.

Paris met en garde la Russie et ses supporters

Depuis les violences de samedi, provoquées selon les autorités françaises par des hooligans russes "extrêmement entraînés", la France a mis en garde la Russie, et agité la menace de sanctions si de tels scénarios venaient à se reproduire en marge des autres matchs de l'équipe russe dans cet Euro-2016. Paris a notamment reproché à Moscou d'avoir laissé ses hooligans les plus durs quitter le pays pour aller à l'Euro.

"Tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à ces violences, à ces combats de rue, doivent être non seulement identifiés mais surtout renvoyés", a insisté mercredi le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll.

Mardi, l'UEFA a pris les devants, en sanctionnant la Russie d'une suspension avec sursis après des incidents provoqués par des fans russes au coup de sifflet final d'Angleterre-Russie au Vélodrome de Marseille, le 11 juin. Autrement dit, en cas de récidive de ses supporters au sein d'un des stades du tournoi de l'Euro, l'équipe russe sera exclue de la compétition. 

Adrienne Sigel, avec AFP