BFMTV
Russie

Guerre en Ukraine: au moins six morts après les tirs sur Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine

Un homme marche dans des ruines à Sloviansk, en Ukraine, le 1er juin 2022. (Photo d'illustration)

Un homme marche dans des ruines à Sloviansk, en Ukraine, le 1er juin 2022. (Photo d'illustration) - ARIS MESSINIS / AFP

Au moins 6 personnes sont mortes et 15 ont été blessées ce dimanche après des tirs dans la ville de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine.

Les tirs au lance-roquettes multiple ayant touché dimanche Sloviansk ont fait "six morts et quinze blessés", a annoncé le maire de cette ville de l'est de l'Ukraine sous pression de l'armée russe.

"Bilan provisoire des tirs d'aujourd'hui: six morts, 15 blessés. Parmi les morts, il y a un enfant", a indiqué sur Facebook Vadim Liakh, confirmant un bilan donné plus tôt par une porte-parole régionale au média ukrainien Suspilne.

Il a précisé que plusieurs quartiers de cette ville d'environ 100.000 habitants avant la guerre avait été touchés.

Les habitants appelés à quitter la région

"Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk, les plus importants depuis longtemps. Il y a quinze incendies. De nombreux morts et blessés", avait-il affirmé dans un premier temps dans une vidéo publiée sur Facebook.

Tetiana Ignatchenko, une porte-parole de la région de Donetsk à laquelle appartient Sloviansk, a elle réitéré l'appel des autorités aux habitants pour qu'ils quittent la région, alors que la ligne de front n'est plus qu'à quelques kilomètres de Sloviansk.

Selon des médias ukrainiens, un des marchés de la ville était notamment en feu suite à ces frappes.

Lyssytchansk au coeur des combats

Plus au sud, la ville de Kramatorsk, centre administratif du Donbass sous contrôle ukrainien, a été touché pour le deuxième jour consécutif par des roquettes Smertch, selon le maire de la ville Oleksandr Gontcharenko.

Ces frappes, qui ont touché un quartier résidentiel et un hôtel inoccupé, n'ont pas fait de victimes, a-t-il précisé.

Sloviansk et Kramatorsk, deux villes à haute valeur symbolique, sont directement sous la menace des forces russes, notamment si la prise de Lyssytchansk, plus au nord-est, revendiquée dimanche par la Russie, venait à être confirmée par Kiev, qui affirme que des combats s'y poursuivent.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV