BFMTV

Prix Nobel de la Paix: vers un doublé de Malala?

La jeune pakistanaise de 16 ans, Malala pourrait remporter le prix Nobel de la Paix. Elle se trouve ici à Dublin le 17 septembre dernier

La jeune pakistanaise de 16 ans, Malala pourrait remporter le prix Nobel de la Paix. Elle se trouve ici à Dublin le 17 septembre dernier - -

La jeune pakistanaise de 16 ans Malala reste favorite pour remporter le prix Nobel de la Paix après avoir remporté le Prix Sakharov jeudi. Pour autant, une surprise reste envisageable et les paris sont ouverts pour cette récompense à haute valeur symbolique.

Qui succédera à l'Union européenne, primée en 2012? Vendredi à Oslo, le comité spécial de cinq personnalités élu par le parlement norvégien désignera le Prix Nobel de la Paix 2013.

L'adolescente pakistanaise Malala Yousafzai, déjà récompensée du prix de la Paix début septembre, puis du Prix Sakharov du parlement européen jeudi, et Denis Mukwege, un médecin congolais aidant les femmes violées font figures de favoris.

Mais alors que le nom de Vladimir Poutine a été cité au début du mois d'octobre, comme par ironie, ce sont les patronymes de Lioudmila Alexeeva, Svetlana Gannouchkina et Lilia Chibanova, militantes des droits de l'Homme en Russie, qui ont également surgi à quelques jours du final.

Toujours est-il, avec 259 "candidats" - individu ou organisation - l'édition 2013 est celle de tout les records. Alors pourquoi ne pas surprendre encore une fois au moment d'un verdict quoi qu'il arrive - Barack Obama en sait quelque chose - controversé.

Prudence sur les pronostics

Qui l'emportera entre la jeune Pakistanaise, survivante des talibans, devenue icône planétaire du droit des filles à l'éducation face à l'extrémisme religieux et le gynécologue congolais Denis Mukwege, cible d'une tentative d'assassinat en octobre 2012 et qui soigne chaque année des milliers de filles et femmes victimes de viol? Les spécialistes restent prudents.

L'attribution du prix à Malala adresserait "plusieurs messages très importants", et en premier lieu sur "le rôle de l'éducation, en particulier celle des filles et des femmes, pour la paix, la démocratie et les droits de l'Homme", estime Kristian Berg Harpviken, directeur de l'Institut de recherche sur la paix d'Oslo, citée par l'AFP.

La jeunesse de Malala

A 16 ans, elle serait, de très loin, la plus jeune lauréate Nobel de l'histoire. "Imposer cela à un enfant pourrait ne pas être éthique", objecte Tilman Brück, directeur de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Alors que son autobiographie vient d'être publiée, Malala elle-même estime que "beaucoup de gens méritent le prix Nobel de la paix".

"Je pense que je peux en faire encore davantage. Selon moi, je n'ai pas accompli tant de chose que ça pour gagner le prix Nobel de la paix", a-t-elle déclaré sur les ondes de la radio pakistanaise City89 FM.

Une "surprise"?

Il est aussi reproché au prix d'avoir succombé ces dernières années à des travers trop politiques et certains observateurs ne seraient pas mécontents de le voir recouvrir un rôle plus symbolique et plus proche des volontés d'Alfred Nobel.

Professeur spécialisé dans la recherche sur la paix à l'université suédoise d'Uppsala, Peter Wallensteen se veut beaucoup moins catégorique sur le nom du vainqueur alors que les FARC colombiens ou un activiste bélarusse font aussi parti des pressentis. 

"Je soupçonne que le comité attribuera un prix qui surprendra la plupart des commentateurs. Il aime les surprises". Le public aussi.

Samuel Auffray