BFMTV

Nouveau sursis et mince espoir pour Serge Atlaoui

Serge Atlaoui va pouvoir faire appel à un expert qui étudiera la procédure judiciaire.

Serge Atlaoui va pouvoir faire appel à un expert qui étudiera la procédure judiciaire. - Romeo Gacad - AFP

La cour administrative de Jakarta a accepté mercredi qu'un expert légal étudie la compétence ou non du tribunal administratif pour juger le recours de Serge Atlaoui. Avec l'appui de son avocat, le Français conteste le rejet de sa demande de grâce.

L'espoir est mince mais renaît dans l'entourage de Serge Atlaoui. La cour administrative de Jakarta a accepté mercredi qu'un expert légal étudie la compétence du tribunal administratif pour juger l'ultime recours déposé par le Français, condamné à mort pour trafic de drogue en Indonésie. 

"La compétence du tribunal administratif va pouvoir être étudiée", explique Richard Sédillot, l'avocat du Français sur RMC. 

Dans les faits, le recours administratif de Serge Atlaoui, qui conteste le rejet de sa demande de grâce présidentielle par la justice indonésienne, n'a pas encore été accepté. Il pourrait l'être à la fin de ce mois de mai, quand la cour aura entendu l'expert, nommé par la défense. Ce dernier doit déterminer le 26 mai si oui ou non le tribunal administratif est compétent pour juger ce recours. La cour rendra alors sa décision le 28 mai.

Procès non équitable

Serge Atlaoui, 51 ans, a été condamné à mort en 2007 pour un trafic de drogue qu'il a toujours nié. Huit des dix condamnés à mort en même temps que le Français - deux Australiens, un Brésilien, quatre Nigérians et un Indonésien - ont été exécutés le 29 avril. Son nom avait été retiré de la liste des exécutions au dernier moment, laissant penser que le Français serait fusillé seul.

Le Français, incarcéré depuis 10 ans en Indonésie, avait réclamé en avril un procès en révision. Serge Atlaoui estime qu'il n'a pas eu le droit à des débats équitables, notamment en se voyant refuser le droit de faire venir des experts ou des témoins devant les juges, contrairement aux autres accusés.

Pas de décisions rapides

Avec le rejet fin avril de sa demande de procès en révision par la Cour suprême du pays, Serge Atlaoui avait épuisé tous les recours autorisés par la justice indonésienne. Il avait ensuite saisi le tribunal administratif pour contester le rejet de grâce présidentielle. Sa demande rejetée, il avait alors saisi la Cour administrative. 

C'est donc aujourd'hui la validité de ce rejet qui devra être examinée par l'expert. La complexité de cette procédure fait pourtant renaître un mince espoir parmi les proches de Serge Atlaoui. En effet, il semblerait désormais qu'il n'y ait pas de volonté de la part de la justice indonésienne que les choses aillent vite, celle-ci serait donc prête à prendre le temps d'étudier le dossier du Français.

J.C.