BFMTV

Indonésie: la crainte d'une nouvelle vague

Paysage de désolation en Indonésie, à la suite du séisme survenu samedi. C'est le 6e séisme ces six derniers mois. Demy Sanjaya / AFP

Paysage de désolation en Indonésie, à la suite du séisme survenu samedi. C'est le 6e séisme ces six derniers mois. Demy Sanjaya / AFP - -

En Indonésie, les secours peinent à récupérer les habitants pris au piège sur certaines îles et villages victimes du tsunami qui a fait plus de 400 morts samedi. Les autorités redoutent également un nouveau tsunami.

Les secours poursuivent leurs recherches en Indonésie où plusieurs centaines de personnes sont toujours portées disparues après le séisme de samedi soir qui a fait 430 morts et plus de 1495 blessés.

Mais les conditions météorologiques compliquent les opérations, car les pluies sont toujours diluviennes et les villages les plus reculés s'avèrent particulièrement difficiles d'accès.

"Les fortes pluies ont provoqué la crue d'une rivière et il y a des inondations dans plusieurs endroits", a déclaré Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, sur Twitter. "Cela nuit aux efforts en vue d'évacuer les gens et d'aider les survivants". 

Un périmètre de sécurité autour du cratère

Redoutant de nouvelles vagues, les autorités demandent aux habitants de rester éloignés des côtes, car l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire Krakatoa, continue de gronder dans le détroit de la Sonde. Elles ont aussi conseillé aux habitants de Cilegon et de Serang, des villes de Java proches de ce volcan, de porter des masques et des lunettes s'ils s'aventuraient dehors, car le vent y charrie "des cendres et du sable". 

"L'agence biologique nationale a augmenté le niveau d'alerte du volcan au deuxième échelon le plus élevé. C'est dangereux dans un rayon de 2 km autour du cratère, il ne doit y avoir aucune activité dans cette zone" met en garde Sutopo Nugroho de l'agence nationale de gestion des catastrophes.

Près de 22.000 personnes ont été déplacées selon le décompte officiel. Beaucoup sont logées dans des camps de fortune en attendant, surtout que nombre d'habitants craint un nouveau tsunami.

D'après les experts, la tragédie de samedi est consécutive à une éruption modérée qui a provoqué un effondrement sous-marin d'une partie du volcan et le déplacement de vastes quantités d'eau.

Jeanne Bulant avec AFP