BFMTV

Chine: le mystérieux virus est transmissible entre humains, selon un expert gouvernemental

Une femme quitte le Wuhan Medical Treatment Centre, où certains malades du mystérieux virus sont traités, à Wuhan, en Chine, le 12 janvier 2020

Une femme quitte le Wuhan Medical Treatment Centre, où certains malades du mystérieux virus sont traités, à Wuhan, en Chine, le 12 janvier 2020 - Noel Celis / AFP

Le mystérieux virus responsable d'une épidémie d'une sorte de pneumonie, semblable à un virus de type SRAS, serait transmissible d'humain à humain. L'épidémie a déjà fait 3 morts et aurait touché près de 200 personnes.

Le mystérieux virus qui touche les grandes villes de Chine est transmissible entre humains, a confirmé ce lundi un expert gouvernemental en maladies infectieuses. Le président chinois, Xi Jinping, a déclaré plus tôt dans la journée qu'il était "absolument crucial" d'enrayer la propagation de l'épidémie.

Zhong Nanshan, un scientifique renommé de la Commission nationale de la santé, qui avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de Sras en 2003, a déclaré à la chaîne de télévision d'Etat CCTV que cette transmission par contagion était "avérée".

Le pays a dénombré lundi soir exactement 218 cas, dont un dans sa capitale économique, Shanghai, l'une des plus grandes villes du monde (25 millions d'habitants), chez une femme de 56 ans. Un cas a été détecté au Japon, deux en Thaïlande, et l'un en Corée du Sud chez une Chinoise de 35 ans arrivée dimanche par avion depuis Wuhan. Elle a été placée en quarantaine.

L'inquiétude d'une propagation pendant le Nouvel An

Le virus suscite des inquiétudes croissantes après le décès ce week-end d'une troisième personne depuis le début de l'épidémie et une augmentation significative du nombre de nouveaux cas à Wuhan (près de 140, le total atteignant désormais 198). Neuf patients sont dans un état critique.

L'épidémie intervient à l'approche des festivités du Nouvel An chinois, la période la plus chargée de l'année dans les transports. Des centaines de millions de personnes ont commencé à voyager en autocar, train et avion pour rendre visite à leur famille. Malgré les risques de propagation, les déplacements en Chine ne font pour l'heure l'objet d'aucune restriction.

J. G. avec AFP