BFMTV

Après la délocalisation de la COP25 à Madrid, Greta Thunberg demande de l'aide pour revenir en Europe

La militante Greta Thunberg assiste à une manifestation sur le climat à Los Angeles, le 1er novembre 2019

La militante Greta Thunberg assiste à une manifestation sur le climat à Los Angeles, le 1er novembre 2019 - Frederic J. BROWN / AFP

Initialement prévue au Chili, la Cop25 se déroulera finalement à Madrid, en Espagne, en raison de l'agitation sociale qui secoue la ville de Santiago.

L'ONU a annoncé ce vendredi que la prochaine conférence internationale sur le climat, qui devait se tenir au Chili du 2 au 13 décembre, sera finalement délocalisée à Madrid, en Espagne, en raison de la crise sociale qui secoue le pays.

Un défi logistique important pour les 25.000 délégués qui avaient prévu de se rendre en Amérique Latine, mais aussi pour la jeune militante Greta Thunberg, qui avait rejoint le continent américain en voilier à la fin du mois d'août pour assister au sommet mondial sur le climat à New York. Refusant de prendre l'avion, jugé trop polluant, la Suédoise a lancé un appel à l'aide sur Twitter afin de pouvoir rentrer prématurément en Europe.

"Puisque la COP25 a été déplacée de Santiago à Madrid, je vais avoir besoin d’aide. Il s’avère que j’ai traversé la moitié du globe dans le mauvais sens", ironise la jeune fille. "Je dois maintenant trouver un moyen pour traverser l’Atlantique en novembre. Si quelqu’un pouvait m'aider à trouver un moyen de transport, je serais extrêmement reconnaissante", ajoute-t-elle.

Un séjour sur le continent américain écourté

Après un séjour de plusieurs semaines aux Etats-Unis - elle est actuellement à Los Angeles -, et au Canada, où elle se déplace en voiture électrique, Greta Thunberg avait prévu de se rendre en Amérique du Sud. Elle a tenu à s'excuser de ce changement de programme et à apporter son soutien au peuple chilien.

"Je suis désolée de ne pas pouvoir visiter l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale cette fois, j’avais tellement hâte. Cela n'a bien évidemment aucun rapport avec moi, mes expériences ici ou les destinations où je souhaite voyager. Mais nous sommes dans une situation d’urgence climatique et écologique", a-t-elle rappelé.
Mélanie Rostagnat