BFMTV

Annonce surprise de Moscou sur un arrêt des frappes du régime syrien à Alep-Est

La Russie a annoncé un arrêt des frappes du régime syrien à Alep-Est, afin d'aider à l'évacuation de 8.000 civils pris au piège des violences. (Photo d'illustration)

La Russie a annoncé un arrêt des frappes du régime syrien à Alep-Est, afin d'aider à l'évacuation de 8.000 civils pris au piège des violences. (Photo d'illustration) - AFP

Les troupes du régime syrien bombardaient violemment ce vendredi les derniers quartiers aux mains des rebelles à Alep, malgré l'annonce par l'allié russe d'un arrêt des "opérations de combat" pour permettre l'évacuation de milliers de civils pris au piège.

La Russie, alliée clé du régime de Bachar al-Assad, avait annoncé ce vendredi un arrêt des des frappes de l'armée syrienne sur les quartiers rebelles d'Alep. Mais le régime a violemment bombardé ce vendredi à l'artillerie ces derniers quartiers rebelles. 

L'armée de l'air a en revanche suspendu ses frappes depuis jeudi soir sur ces quartiers situés dans le sud de la partie orientale de la deuxième ville du pays en guerre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. 

La mesure tantôt annoncée par Moscou était censée assurer l'évacuation de milliers de civils pris au piège des violences.

Un responsable du groupe rebelle Noureddine al Zinki, Yasser Youssef, a lui émis des doutes sur l'annonce russe. "On ne peut juger du sérieux de cette déclaration qu'à la lumière de mesures concrètes garanties par l'ONU", a-t-il dit à l'AFP.

8.000 civils vont être évacués d'Alep-Est, selon la Russie

Fort de l'avancée fulgurante de ses troupes dans les quartiers rebelles, à Alep-Est, depuis le début d'une offensive lancée le 15 novembre, le président syrien avait refusé jusqu'à présent les appels à un cessez-le-feu, voulant coûte que coûte s'emparer de la totalité de la deuxième ville du pays.

"Les opérations de combat de l'armée syrienne ont été interrompues dans l'est d'Alep parce qu'il y a une grande opération en cours qui est l'évacuation des civils", a déclaré jeudi soir le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. 

"Il va y avoir une colonne d'évacuation de 8.000 personnes", a-t-il poursuivi, en marge d'une réunion de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à Hambourg, en Allemagne.

Sergueï Lavrov a par ailleurs annoncé que des discussions militaires et diplomatiques russo-américaines se tiendraient samedi à Genève pour étudier notamment des plans d'évacuation des combattants rebelles et des civils qui le souhaitent.

L'armée syrienne contrôle désormais 85% d'Alep-Est

Les rebelles se retrouvent acculés dans quelques secteurs sud d'Alep-Est avec des dizaines de milliers de civils pris au piège, alors que l'armée, appuyée de combattants iraniens et du Hezbollah libanais, contrôle désormais plus de 85% de la partie que les insurgés avait conquise en 2012, selon l'OSDH. 

Depuis le début de l'offensive à Alep, 384 civils ont été tués, dont au moins 45 enfants, à Alep-Est. 105 civils, dont 35 enfants, l'ont été à Alep-Ouest, qui est toujours resté sous contrôle gouvernemental depuis le début de la guerre.

L'intensité des combats a accéléré l'exode de la population et 80.000 personnes ont fui Alep-Est depuis le 15 novembre. La grande majorité a trouvé refuge dans des secteurs aux mains des forces gouvernementales.

A.Mi avec AFP