BFMTV

Vendredi, les Américains connaîtront la vraie taille de Trump

Donald Trump le 20 janvier 2017

Donald Trump le 20 janvier 2017 - Win McNamee - AFP

Donald Trump doit se rendre à sa première visite médicale en tant que président des Etats-Unis ce vendredi 12 janvier. Pas sûr cependant que l’exercice lève tous les doutes sur l’état physique et mental du président américain.

La date est inscrite à son agenda depuis la fin décembre, selon CNN. Le 12 janvier, Donald Trump va se prêter à sa première visite médicale en tant que président américain depuis son élection. S'il va devoir se livrer sur sa santé, le sujet est devenu particulièrement sensible depuis la publication du livre de Michael Wolff, Fire and Fury : Inside the Donald Trump White House, qui met en doute sa santé mentale et physique. 

Mais c'est un sujet de conversation qui revient régulièrement depuis l’annonce de sa candidature, en juin 2015. La campagne présidentielle a également été marquée par le sujet, notamment quand sa concurrente Hillary Clinton a fait un malaise. 

"L’individu le plus sain jamais élu président des USA"

Dans sa course à la Maison Blanc, le premier bilan médical de Donald Trump tombe le 4 décembre 2015. Il est l’œuvre du docteur Harold Bornstein, qui se présente comme le médecin historique ("depuis 39 ans") de celui qui n’est encore que candidat. Ecrit dans un style peu académique, le communiqué se conclut par cette phase: "S’il est élu, Donald Trump sera l’individu le plus sain jamais élu à la présidence".

Le reste du texte tresse également les louanges de la santé physique de l'homme d'affaire: "sa force physique et son endurance sont extraordinaires", "sa pression sanguine et ses analyses sont étonnamment excellentes", "son statut cardiovasculaire est excellent". En 15 lignes, on apprend aussi qu’il consomme 81 mg d’aspirine par jour ainsi qu’une faible dose quotidienne d’un produit visant à faire baisser son cholestérol.

Ce langage familier va revenir en pleine face du camp Trump au mois d’août suivant. Alors que le candidat républicain s’interroge sur l’état de santé de Hillary Clinton, NBC retrouve le fameux docteur Bornstein. Il révèle alors avoir écrit la lettre "en cinq minutes" alors qu’une limousine envoyée par l’équipe du candidat attendait de pouvoir récupérer la missive.

Le ton est plus formel en septembre 2016, dans la deuxième lettre du docteur Bornstein sur l’état de santé de Donald Trump. Cette fois, les résultats de ses analyses de cholestérol et sa pression sanguines figurent dans le document.

Mais c’est la mise en scène qui étonne. Invité du talk-show du Dr. Oz, Donald Trump sort la lettre de son médecin directement de sa poche pour la présenter à l’antenne.

Incertitude sur sa taille et son IMC 

Le dernier bulletin de santé officiel d’un président américain remonte à mars 2016. A cette époque, c’est Barack Obama qui occupe la Maison Blanche. "Le but de cet examen est de fournir au public une actualisation de l’état de santé actuel du président", écrit alors le docteur Rony L. Jackson, qui sera également en charge d’examiner Donald Trump.

Taille, poids, vaccins, habitudes alimentaires: tout est très détaillé pour ce qui concerne l’ancien président américain. Donald Trump fournira-t-il de son côté des données aussi précises? Sur son bulletin médical de septembre 2016, il mesure 1.92m pour 107 kilos. Un rapport poids-taille qui l'envoie dans la catégorie des individus en surpoids, selon la classification de l’Indice de masse corporelle.

Mais en décembre 2016, le site Politico révèle qu’un permis de conduire délivré à New York en 2012 à Donald Trump lui attribue une taille de 1 mètre 89. Trois centimètres de différence qui l’envoient cette fois dans la catégorie des obèses. Trump s'est-il ajouté quelques centimètres pour ne pas se voir déclarer comme obèse? C'est la théorie défendue par version américaine du site Slate en septembre 2016.

L'enjeu du débat sur sa santé mentale

Dans le livre Fire and Fury : Inside the Donald Trump White House, Michael Wolff raconte que le président américain a du mal à reconnaître ses vieux amis et qu’il répète fréquemment les mêmes histoires, mot pour mot. Des accusations que la Maison Blanche a qualifiée de "honteuses". Mais l’inquiétude semble grandir à Washington. Le site Politico a révélé début janvier qu’une douzaine de membres du Congrès, majoritairement des démocrates, avaient interrogé lors d’entretiens privés la psychiatre Bandy X. Lee sur le sujet de la santé mentale de Donald Trump.

Sa visite médicale peut-elle cependant lever le voile sur ce dossier? Si le docteur Rony L. Jackson réalise le même type d’examen sur Donald Trump que celui pratiqué sur Barack Obama, il se livrera à un simple contrôle des fonctions neurologiques. La visite ne comportera donc pas d'examen psychiatrique à proprement parler, a affirmé lundi la Maison Blanche. "Non", a simplement répondu Hogan Gidley, porte-parole de l'exécutif américain à bord d'Air Force One, sans autres précisions. "Il est vif comme l'éclair", a-t-il assuré.

Antoine Maes