BFMTV

Une centaine de journaux américains préparent une action commune contre les attaques de Trump

Un kiosque à journaux, à San Francisco. (photo d'illustration)

Un kiosque à journaux, à San Francisco. (photo d'illustration) - Justin Sullivan - Getty - AFP

Plus de cent titres de journaux américains s'apprêtent à mener une action coordonnée ce jeudi, dans le but de protester contre la rhétorique anti-médias de Donald Trump.

Tous unis contre Donald Trump. Tel sera le mot d'ordre, jeudi 16 août, d'une centaine de titres de presse américains qui ont décidé de mener ce jour-là une action commune pour protester contre les attaques à répétition du président des États-Unis à l'encontre des médias.

Une campagne aux airs de contre-attaque

Cette contre-attaque, organisée et pilotée par le quotidien Boston Globe, devrait prendre la forme d'une large campagne d'éditoriaux publiés dans chacun des journaux, et dans lesquels les équipes rédactionnelles dénonceront l'hostilité de Donald Trump envers la presse, rapporte le Guardian. Chaque journal publiera son propre éditorial, écrit avec ses propres mots.

"Cette sale guerre contre la presse libre doit cesser. Toutes les publications, quelle que soit leur ligne éditoriale, pourraient faire une déclaration puissante en se joignant à la défense de leur profession, et à son rôle vital pour la démocratie", clament les organisateurs de la campagne. 

Selon CNN, une centaine de titres de presse avaient déjà assuré en fin de semaine dernière de leur participation à cette vaste action coordonnée. Parmi eux, des titres au tirage important, tels que le Miami Herald, le Houston Chronicle ou encore le Denver Post, mais aussi des publications locales plus confidentielles.

Marque de fabrique

Tout au long de sa campagne électorale et depuis son arrivée à la Maison Blanche, en janvier 2017, Donald Trump a fait de la critique des médias sa marque de fabrique.

La chaîne de télévision CNN, le Washington Post ou encore le New York Times, sont très régulièrement la cible de ses tweets rageurs, postés généralement tôt le matin, dans lesquels il accuse de "fake news" (en français, "fausses nouvelles") les médias publiant des révélations le concernant. 

Début août, lors d'un discours pour soutenir un candidat républicain au Sénat en Pennsylvanie, Donald Trump s'en est violemment et longuement pris aux journalistes présents dans la salle, les qualifiant de gens "horribles, affreux", et provoquant des huées de la foule à leur encontre. 

Adrienne Sigel