BFMTV

Mort de George Floyd: l'ex-candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney manifeste à Washington

Mitt Romney

Mitt Romney - Mandel NGAN / AFP

"Je participe à cette manifestation pour m'assurer que les gens comprennent que 'Black Lives Matter'", a expliqué l'ancien candidat républicain, aujourd'hui sénateur de l'Utah.

Il est devenu l'un des principaux critiques de Donald Trump dans le camp républicain. L'ancien candidat à la Maison Blanche Mitt Romney a participé ce dimanche à une manifestation contre le racisme et les violences policières à Washington, deux semaines après la mort de George Floyd, américain noir de 46 ans tué lors de son interpellation par un policier blanc. 

"Je participe à cette manifestation pour m'assurer que les gens comprennent que 'Black Lives Matter'", les vies noires comptes, a-t-il expliqué au Washington Post, précisant avoir marché avec un groupe d'évangélistes. Dans le même temps, le sénateur de l'Utah a tweeté une photo de lui masquée dans la manifestation, avec en légende le fameux slogan "Black Lives Matter".

Un appel à des manifestations pacifiques

"Je veux réveiller les consciences pour mettre fin à la violence et à la brutalité", a-t-il ajouté, appelant aussi à des manifestations pacifiques alors que des émeutes ont éclaté ces derniers jours dans tout le pays. "Ces marches pacifistes soulignent l'importance de s'attaquer à ces injustices. Mais les violences noient le message des manifestants et moquent le principe de justice."

La veille, l'ancien candidat à la Maison Blanche avait publié sur Twitter une photo de son père lors d'une manifestation de défense des droits civiques dans les années 1960. "Voici mon père, George Romney, participant à une marche pour les droits civiques dans la banlieue de Détroit à la fin des années 1960", a-t-il écrit, avant de le citer: "La force seule n'éliminera pas les émeutes. Nous devons éliminer ce qui cause ces émeutes."

Sa participation à cette manifestation intervient alors que la majorité des républicains a apporté son soutien à Donald Trump dans son souhait de faire intervenir l'armée contre les manifestants.

Seules quelques voix comme la sienne s'élèvent: la sénatrice républicaine Lisa Murkowksi a ainsi révélé jeudi qu'elle avait "du mal" à se décider à voter pour Donald Trump en novembre. Mitt Romney, poids-lourd du parti républicain, a lui déjà annoncé qu'il ne soutiendrait pas la réélection du milliardaire, pourtant soutenu officiellement par leur mouvement. 

Cyrielle Cabot