BFMTV

Le prince héritier promet une Arabie saoudite "totalement différente" dans 5 ans

Mohammed Ben Salmane en novembre 2017 à Riyad - BANDAR AL-JALOUD / Saudi Royal Palace / AFP

Mohammed Ben Salmane en novembre 2017 à Riyad - BANDAR AL-JALOUD / Saudi Royal Palace / AFP - -

Le prince héritier surnommé MBS, qui a lancé un grand plan de réforme du pays, estime que "le Moyen-Orient est la nouvelle Europe".

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, a affirmé ce mercredi que son pays serait "totalement différent" dans les cinq prochaines années, promettant de continuer dans la voie des réformes pour diversifier l'économie du royaume pétrolier.

"Je crois que le Moyen-Orient est la nouvelle Europe", a affirmé le prince Mohammed devant le forum international sur l'investissement (FII), réuni à Ryad.  "Dans les cinq prochaines années, l'Arabie saoudite sera totalement différente. Bahreïn sera différent, de même que le Koweït. Même le Qatar, avec qui nous sommes en désaccord, a une économie solide et sera totalement différent dans cinq ans", a-t-il dit. 

"C'est ma bataille" affirme MBS

Le prince héritier est à l'origine d'un plan de réformes économiques et sociales, "Vision 2030", qui prévoit des méga-projets futuristes, et vise à diversifier les ressources du royaume et à l'orienter davantage vers les services et les nouvelles technologies, loin du pétrole.

"Si nous réussissons dans les cinq années à venir, d'autres pays (de la région) nous suivront", a-t-il affirmé. "C'est la bataille des Saoudiens et c'est ma bataille dans laquelle je suis engagé personnellement". 

Le prince héritier s'exprimait au deuxième jour du forum, boycotté par des dirigeants étrangers et grands chefs d'entreprise, en raison du tollé international provoqué par le meurtre du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul.

Il a ajouté que son pays avait déjà fait "de très grands pas" pour développer son économie. "Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Nos revenus non pétroliers ont quasiment triplé". Le royaume est empêtré dans une guerre coûteuse au Yémen et impose un embargo au Qatar voisin. 

J.B avec AFP