BFMTV

L'ancien leader du Ku Klux Klan remercie Trump d'avoir condamné les "terroristes de gauche"

Un militant du KKK escorté par des policiers, le 8 juillet, à Charlottesville.

Un militant du KKK escorté par des policiers, le 8 juillet, à Charlottesville. - Andrew Caballero-Reynolds - AFP

L'ancien responsable de l'organisation suprématiste blanche a remercié Donald Trump pour sa condamnation des militants antiracistes, après les événements de Charlottesville.

Après l'avoir attaqué en début de semaine, David Duke remercie finalement Donald Trump. L'ancien leader du Ku Klux Klan (KKK) a salué mardi soir dans un tweet les propos tenus par Donald Trump lors de sa conférence de presse donnée depuis la Trump Tower, à New York, au cours de laquelle le président américain a estimé qu'"il y a eu des torts des deux côtés" à Charlottesville.

"J'ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d'un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l'autre côté qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire", a-t-il ainsi déclaré, faisant référence aux militants d'extrême droite et aux antiracistes qui s'affrontaient.

Des propos qui ont donné un nouveau tour à la polémique, alors que la première réaction de Donald Trump, qui s'était montré réticent à dénoncer les groupes d'extrême droite impliqués dans les violences, avait déjà été très critiquée.

"Honnêteté et courage"

Mais l'ancien responsable de l'organisation suprémaciste blanche KKK dans les années 70, David Duke, qui est toujours un militant convaincu de la cause, a cette fois-ci salué la déclaration du président des Etats-Unis, en le remerciant d'avoir eu "l'honnêteté et le courage de dire la vérité à propos de Charlottesville", et d'avoir "condamné les terroristes de gauche" des mouvements Black Lives Matters et antifascistes, présents face aux néo-nazis et suprémacistes lors de la manifestation de samedi.

Alors que Donald Trump est accusé de complaisance avec l'extrême droite depuis le début des événements à Charlottesville, et que les relations de son père avec le KKK ont été déterrées, ces remerciements pourraient encore nourrir les critiques.

Depuis samedi, David Duke, ardent supporter du président pendant sa campagne, n'avait cessé de l'interpeller sur Twitter, le pressant de condamner les militants antiracistes. Jusqu'à obtenir gain de cause.

Adrienne Sigel