BFMTV

WikiLeaks offre une récompense pour des informations sur la mort d'un employé du Parti démocrate

Lors d'une interview pour la télévision néerlandaise, Julian Assange relance le débat sur l'identité de la fuite du "DNC Leaks" (photo d'illustration)

Lors d'une interview pour la télévision néerlandaise, Julian Assange relance le débat sur l'identité de la fuite du "DNC Leaks" (photo d'illustration) - AFP

Après la fuite de messages privés du Parti démocrate, la question de la source est devenu un enjeu politique aux Etats-Unis. La mort d'un de leurs employés et les récents propos de Julian Assange attisent des théories fondées sur des rumeurs.

Julian Assange vient de donner du grain à moudre à des sympathisants républicains partisans de certaines rumeurs. Le fondateur de WikiLeaks semble en effet accréditer des théories conspirationnistes sur le meurtre d’un employé du Parti démocrate, puisque son organisation offre 20.000 dollars (17.900 euros) pour toute information sur la mort de Seth Rich. Cet employé du Comité national démocrate a été tué par balles à Washington le 10 juillet dernier. Il était aussi un partisan de Bernie Sanders.

Une suite du "DNC Leaks"

La police a rapidement estimé qu'il s'agissait d'un vol ayant mal tourné, mais plusieurs théories ont émergé sur des forums, affirmant qu'il s'agissait d'un lanceur d'alerte, tué dans le cadre de révélations sur le Parti démocrate et Hillary Clinton.

Le 22 juillet dernier, environ 20.000 messages de hauts responsables du Parti démocrate ont été publiés par WikiLeaks juste avant la convention démocrate. Cette fuite a provoqué un scandale au sein du parti de la candidate Hillary Clinton, précipitant la chute de la présidente de l'organisation. Déjà vivement contestée par les partisans de Bernie Sanders, Debbie Wasserman Schultz a présenté sa démission le 24 juillet dernier. 

"Nos sources prennent des risques"

La question de la provenance de ces messages semblait résolue: des agences de renseignement américaines avaient assuré à la Maison-Blanche que la Russie était derrière la fuite. Le 9 août, lors d'une interview pour la télévision néerlandaise, Julian Assange est revenu sur la mort de Seth Rich, en évoquant les sources de WikiLeaks.

Le créateur de WikiLeaks a assuré qu'il n'y avait pas de preuves que les fuites venaient de Russie. Avant de citer Seth Rich, "cet employé du comité national démocrate qui a pris une balle dans le dos", tout en évoquant les risques que prennent les sources de WikiLeaks. Le journaliste lui demande alors ce qu'il suggère: "Je suggère que nos sources prennent des risques", répète Julian Assange. Avant d'ajouter: 

"On enquête pour savoir ce qu'il s'est passé avec Seth Rich, c'est une situation inquiétante".

Assange est "bizarre", pour la famille de Rich

Dans la foulée, WikiLeaks a annoncé offrir 20.000 dollars de récompense, soit près de 18.000 euros, à qui donnerait des informations sur le meurtre du jeune homme. La police continue d'affirmer qu'il n'y a pas de preuves que sa mort soit liée à son travail au Parti démocrate. 

La rumeur sur la qualité de lanceur d'alerte de Seth Rich a été lancé par des conspirationnistes sur des forums. Ils assuraient, sans apporter aucune preuve, qu'il se rendait à un rendez-vous avec le FBI pour faire des révélations sur Hillary Clinton, rapporte Le Monde

La famille a regretté que "certains politisent cette horrible tragédie". Le père de Seth Rich a assuré au Washington Post qu'il était offensé par l'attitude "bizarre" de Julian Assange et qu'il ne veut pas "jouer le jeu de WikiLeaks". Julian Assange lui, a annoncé que d'autres documents sur le Parti démocrate pourraient être publiés bientôt. 

M.L.