BFMTV
États-Unis

Violences à Washington: Pence dénonce "une violence et un vandalisme sans précédent" au Capitole

Le vice-président des États-Unis a pris la parole, lors de la reprise des travaux du Congrès, chargé de certifier la victoire de Joe Biden sur Donald Trump.

Mike Pence prend de plus en plus ses distances avec Donald Trump. Quelques heures après l'envahissement du Capitole ce mercredi par des partisans du président américain, le vice-président des États-Unis a pris la parole lors de la reprise des travaux du Congrès, chargé de certifier la victoire du démocrate Joe Biden.

Le républicain a regretté un "jour sombre dans l'histoire du Capitole" et salué les "efforts rapides de la police du Capitole américain, des forces de l'ordre fédérales, étatiques et locales", qui ont permis de "maîtriser la violence".

"Même après une violence et un vandalisme sans précédent dans ce Capitole, les représentants élus du peuple des Etats-Unis sont à nouveau réunis, ce même jour, pour défendre la Constitution", a souligné Mike Pence.

Pas d'opposition à la certification des résultats

Plus tôt dans la journée, avant l'intrusion des pro-Trump dans le bâtiment, il avait déclaré dans une lettre qu'il ne s'opposerait pas à la certification de la victoire de Joe Biden, malgré les demandes pressantes de Donald Trump.

Selon la Constitution, son rôle dans la procédure est effectivement strictement protocolaire: il consiste à "ouvrir" les certificats envoyés par chacun des 50 États pour transmettre les votes de leurs grands électeurs. Seuls les élus peuvent contester les résultats.

"Mike Pence n'a pas eu le courage de faire ce qu'il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution", a tweeté Donald Trump dans la foulée de la diffusion de cette missive.

M.D. avec AFP