BFMTV

USA: Obama défend les programmes de surveillance

Barack Obama a voulu rassurer ses compatriotes sur le programmes d'écoutes américain.

Barack Obama a voulu rassurer ses compatriotes sur le programmes d'écoutes américain. - -

Le président Barack Obama a affirmé vendredi que les programmes de surveillance des communications par le renseignement avaient reçu le feu vert du Congrès, et a assuré aux Américains que "personne n'écoutait (leurs) appels téléphoniques".

C'était la première fois que Barack Obama s'exprimait sur la controverse sur les programmes d'écoutes américains. Le président a affirmé vendredi que les programmes de surveillance des communications par le renseignement américain avaient reçu le feu vert du Congrès, et a assuré aux Américains que "personne n'écoute vos appels téléphoniques".

Intervenant pour la première fois depuis que cette controverse a éclaté avec des révélations dans la presse sur une collecte massive de données, Barack Obama a aussi jugé indispensable de parvenir à des "compromis" entre sécurité et vie privée, alors que les Etats-Unis restent sous la menace d'attentats.

"Les programmes dont on a parlé ces deux derniers jours dans les médias sont secrets dans le sens où ils sont classifiés. Mais ils ne sont pas secrets dans le sens où, dans le cas des appels téléphoniques, tous les membres du Congrès ont été mis au courant", a déclaré Barack Obama à San José, en Californie.

"Ils ne regardent pas le nom des gens"

"Les commissions ad hoc du renseignement (au Congrès) sont pleinement informés au sujet de ces programmes (...) qui ont été autorisés par de larges majorités couvrant les deux partis depuis 2006", a ajouté le président.

Cherchant à rassurer ses compatriotes sur la protection de leurs données privées, Barack Obama a aussi promis: "Personne n'écoute vos appels téléphoniques. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit avec ce programme".

Les membres de la communauté du renseignement "examinent les numéros de téléphone et la durée des appels. Ils ne regardent pas le nom des gens. Et ils n'examinent pas le contenu. Mais en analysant ces données, ils peuvent identifier des pistes sur des gens qui pourraient avoir recours au terrorisme", a assuré le président.

dossier :

Barack Obama