BFMTV

USA: les sénateurs votent une régularisation des immigrés

Les Etats-Unis, terre d'immigration, compte actuellement plus de onze millions de sans-papiers. (photo d'illustration)

Les Etats-Unis, terre d'immigration, compte actuellement plus de onze millions de sans-papiers. (photo d'illustration) - -

Le Sénat américain a voté jeudi une réforme importante sur l'immigration. Si le texte est validé en l'état, les clandestins pourront espérer au long terme une régularisation, mais les contrôles de la frontière avec le Mexique seront durement renforcés.

Le Sénat américain a voté jeudi une réforme de l'immigration qui, en cas d'adoption sous la même forme par la Chambre des représentants, conduira à des millions de régularisations, mais à un renforcement de la surveillance de la frontière mexicaine. Explications.

> Une régularisation promise à 11 millions de sans-papiers

Les démocrates ont réussi à arracher aux républicains une avancée notable pour les immigrés clandestins: la possibilité pour eux de demander la naturalisation américaine au terme d'un processus de treize ans, à la condition de n'avoir commis aucun délit grave, de parler l'anglais et de prouver qu'ils ont travaillé.

C'était l'une des promesses de campagne de Barack Obama durant sa seconde campagne, en 2012: offrir "un chemin vers la citoyenneté" à ces immigrés, en majorité mexicains, avec l'enjeu électoral derrière de s'adjoindre les votes de cette communauté, très présente aux Etats-Unis.

> Un contrôle aux frontières extrêmement renforcé

La promesse de régularisation ne s'est pas faite sans concession. Les démocrates ont du céder aux républicains le renforcement drastique des contrôles aux frontières avec le Mexique pour acquérir leur soutien. Les députés conservateurs craignent qu'une vague de régularisations, y compris dans un futur très lointain, attire massivement des clandestins.

Le texte voté par le Sénat prévoit donc le déploiement sans précédent de 20.000 agents supplémentaires le long des 3.200 km de frontière avec le Mexique, en plus des 18.000 agents déjà en place, soit l'équivalent de douze policiers par kilomètre. La quasi-totalité de la frontière terrestre sera bordée de clôtures, et un arsenal paramilitaire composé notamment de drones, de caméras et de détecteurs de mouvements thermiques, viendrait fortifier les technologies déjà en place.

"Est-ce plus que ce que j'aurais recommandé? Honnêtement, oui", a reconnu le républicain John McCain, promoteur de la réforme. "Mais il faut que l'on donne confiance aux gens".

> La fin de la loterie pour la "Green card"

La réforme prévoit un meilleur accueil aux travailleurs hautement qualifiés. Le nombre de visas H1-B, réservés aux diplômés ou aux salariés avec de l'expérience, et dont le quota annuel avait été épuisé en cinq jours en avril, passerait de 65.000 à 115.000, voire 180.000 par an, selon la demande.

Mais la loterie de cartes vertes, les "Green cards", serait supprimée selon ce plan. Cette année, près de 50.000 cartes devraient être attribuées aux heureux gagnants. Plus de 18.000 Africains, plus que pour n'importe quel autre continent, ont ainsi pu immigrer aux Etats-Unis l'an dernier.

> Une réforme cruciale pour Obama

Le président Barack Obama, après un échec brutal sur les armes à feu en avril, espère redorer son bilan législatif et passer à la postérité en devenant le premier président depuis Ronald Reagan, en 1986, à réformer un système migratoire devenu obsolète. 

Mais rien n'est gagné: le texte doit passer maintenant entre les mains de la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains, qui ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils voteraient leur propre version du texte, plus axée sur les questions de sécurité. La chasse aux voix continue donc pour les démocrates. Au Sénat, ils ont réussi à convaincre 14 des 46 républicains de voter avec eux.

Alexandra Gonzalez