BFMTV

Une violente quinte de toux d'Hillary Clinton relance les rumeurs sur sa santé

Victime d'une longue quinte de toux lors de son meeting du 5 septembre à Cleveland, dans l'Ohio, Hillary Clinton est de nouveau la cible des attaques des pro-Trump sur sa santé.

Le moment dure près de trois longues minutes. Lundi, lors d'un meeting à Cleveland, dans l'Ohio, Hillary Clinton a été prise d'une violente quinte de toux, qui l'a empêchée de s'exprimer correctement pendant plusieurs minutes. Et les verres d'eau n'ont rien pu y changer. 

Face au public venu la soutenir, la candidate démocrate de 68 ans s'en est sortie par une habile pirouette: "A chaque fois que je pense à Donald Trump, je suis prise d'allergie", a-t-elle lancé, suscitant l'hilarité de son auditoire. 

Quelques heures plus tard, Hillary Clinton a été victime d'une autre quinte de toux alors qu'elle s'exprimait publiquement, cette fois-ci lors d'une conférence de presse qu'elle donnait depuis son avion de campagne, rapporte Le Parisien

L'incident peut sembler des plus anodins, surtout au regard du nombre de prises de parole de l'ex-secrétaire d'Etat en cette dernière ligne droite de la campagne. Mais il pourrait relancer les piques du camp Trump sur sa santé, un angle d'attaque déjà largement utilisé par ses adversaires au cours de l'été.

La santé de Clinton, un angle d'attaque récurrent du camp Trump

En août, le candidat républicain, qui se trouvait déjà en difficulté dans les sondages, avait fait de l'état de santé de sa rivale son nouveau fer de lance, pendant que ses soutiens se chargeaient d'alimenter et relayer les rumeurs les plus folles au sujet du bulletin médical de l'ancienne Première dame.

Ainsi, alors que Donald Trump martelait pendant ses meetings qu'Hillary Clinton n'avait pas "l'endurance physique et mentale" pour être présidente, ses partisans surenchérissaient à grand renfort de montages photo et vidéo, certains n'hésitant pas à parler de Parkinson, d'épilepsie ou de troubles neurologiques. 

Sans surprise, les proches de Donald Trump n'ont pas manqué de récupérer le fameux épisode de la quinte de toux. "Hillary Clinton doit être allergique aux médias. Elle passe enfin une minute avec eux, et elle en tousse presque deux", a ainsi tweeté, lundi, Kellyane Conway, l'une des responsables de la campagne du candidat républicain. 

"NBC rapporte que le pollen a causé la quinte de toux d'Hillary. Ils le rapportent comme si c'était la première fois", a tweeté un autre détracteur de l'ex-secrétaire d'Etat, photomontage à l'appui.

Contre-attaque de l'équipe Clinton

Fin août, face à l'ampleur que prenaient les rumeurs sur les réseaux sociaux, le médecin d'Hillary Clinton, Lisa Bardack, avait affirmé que sa patiente était "en excellente condition physique".

En 2012, l'ex-secrétaire d'Etat avait souffert d'un virus gastrique, de déshydratation, puis d'une commotion cérébrale après s'être évanouie. Un caillot de sang avait ensuite été découvert entre le cerveau et le crâne, et elle avait vu double pendant quelques semaines, avait également rappelé Lisa Bardack, ajoutant qu'une visite de contrôle en 2013 avait "montré une résolution complète de tous les effets de la commotion, et une dissolution complète de la thrombose".

A.S.