BFMTV

Présidentielle américaine : ce que Romney et Obama vont se dire lors du troisième débat

Barack Obama et Mitt Romney lors du second débat de la présidentielle américaine, le 16 octobre 2012

Barack Obama et Mitt Romney lors du second débat de la présidentielle américaine, le 16 octobre 2012 - -

Alors que le troisième et dernier débat se tient lundi soir en Floride, BFMTV vous décrypte les piques que les deux hommes ne vont pas manquer de s'envoyer.

Le troisième et dernier débat, consacré à la politique étrangère, se tient lundi soir en Floride. BFMTV vous résume les point forts et les points faibles de chaque candidat en la matière et les attaques que chacun va adresser à l'autre.

A lire aussi :

>> Obama face à Romney : quel match de titans !

>> Présidentielle US : Obama-Romney, le dernier round a sonné

Quel est le bilan d'Obama que Romney peut critiquer?

• Barack Obama, grand perfectionniste, a tenté un sans faute. Il a voulu accomplir plusieurs choses:

- réinitialiser la relation avec Russie: cela a peu fonctionné.

- se tourner vers l'Asie : sans grand succès.

- mettre fin à la guerre en Irak: on a mis la clé sous la porte, et le pays connaît un climat permanent de terrorisme larvé et parfois ouvert. L'Irak n'était pas sa guerre, elle n'est donc pas son échec.

- piloter une transition en Afghanistan: l'OTAN plie doucement bagage, le public américain est lassé, et Obama fait semblant que tout ira bien en 2014. Personne ne le croit, mais personne ne propose mieux.

- Obama a dit qu'il tuerait Ben Laden: c'est fait. Sans gloire, et en fâchant le gouvernement et l'opinion du Pakistan.

• Barack Obama a changé la donne en délaissant de nombreuses régions :

- il ne s'intéresse pas à l'Afrique, hors Égypte. Le Mali, la RDC, la Côte d'Ivoire, et même dans une moindre mesure la Libye, tout cela est pour la France et ses alliés.

- Obama a oublié l'Europe centrale, cette Nouvelle Europe de Rumsfeld et Bush qui a peur aujourd'hui que les Américains l'abandonnent aux Russes mais qui ne parvient pas vraiment à les retenir. Obama ne s'est jamais occupé d'eux.

Que vaut Mitt Romney? Dans son discours sur la politique étrangère, prononcée le 8 octobre dernier à école prépatoire militaire de Virginie (VMI), le candidt républicain a dévoilé ses prétentions:

- restaurer la force et le prestige américains dans le monde

- accroître la Marine américaine de 15 navires et de trois sous-marins. Mais n'est-il pas le prince de la rigueur budgétaire?

- accroître la défense antimissile un peu partout, mais sans plus de précisions

- forcer l'Europe centrale à accroître son budget de défense

- faire face à Poutine

- renouer frénétiquement avec Israël.

Sur quoi vont-ils s'attaquer dans le débat ?


• Romney dira d'Obama qu'il est :

- lâcheur sur Israël

- dégonflé face à la Russie et la Chine

- désorienté face à Assad.

• Obama dira de Romney qu'il est un :

- racontard sur ses projets de défense militaire, avec la rallonge de la Marine

- ignare en matière militaire

- va-t-en guerre envers la Russie.

Chacun cherchera les bons mots. Romney n'a-t-il pas dit dans l'avant dernier débat: "Hope is not a strategy" (l'espoir n'est pas une stratégie). Les bons mots, eux, sont une tactique.

Harold Hyman et spécialiste en géopolitique