BFMTV

Paris et Washington négocient sur le rôle de la SNCF dans la Shoah

La SNCF, entreprise publique, a à ce titre joué un rôle dans la déportation des Juifs sous l'Occupation (photo d'illustration).

La SNCF, entreprise publique, a à ce titre joué un rôle dans la déportation des Juifs sous l'Occupation (photo d'illustration). - -

Depuis plusieurs années, les Etats-Unis font pression sur la SNCF pour qu'elle indemnise les familles de Juifs américains déportés à bord de trains français. A cause de cela, la SNCF pourrait perdre des contrats outre-Atlantique.

C'est un dossier qui empoisonne depuis plusieurs années les relations entre Paris et Washington: les Etats-Unis réclament que les familles de victimes américaines de la Shoah déportées par la SNCF soient indemnisées. Sur ce point qui menace de priver la compagnie française de contrats outre-Atlantique, des négociations officielles ont finalement débuté à Paris le 6 février, a-t-on appris vendredi de l'avocat des familles et de l'ambassade de France à Washington.

Sous l'Occupation, les trains de la SNCF, entreprise publique, avaient déporté 76.000 Juifs dans des wagons de marchandises vers les camps d'extermination. Seuls 3.000 d'entre eux ont survécu. Parmi les victimes se trouvaient des Américains.

La France dispose déjà d'un mécanisme de compensation des victimes de la déportation, qui couvre les citoyens français, les bi-nationaux et les résidents étrangers qui se trouvaient en France au 1er septembre 1939. Aussi, la porte-parole de l'ambassade de France aux Etats-Unis a fait savoir que les discussions entre France et Etats-Unis portaient essentiellement sur le souci "de ne pas laisser des gens de côté".

Un contrat de 6 milliards en jeu

Mais un ancien déporté, Léo Bertholtz, a de son côté lancé une pétition réclamant des réparations à la SCNF qui a recueilli à ce jour 108.000 signatures. Et dans l'Etat du Maryland, deux élus ont présenté une proposition de loi restreignant l'accès à la SNCF aux marchés publics tant qu'elle n'aurait pas versé d'indemnités. En jeu: un projet public-privé de 6 milliards de dollars, portant sur la création et l'exploitation d'une ligne ferroviaire de 25 kilomètres.

M. T. avec AFP