BFMTV

Michelle Obama, future candidate à la Maison Blanche?

Michelle Obama lors de la convention nationale du parti démocrate, en juillet 2016.

Michelle Obama lors de la convention nationale du parti démocrate, en juillet 2016. - Joe Raedle - Getty Images North America - AFP

Le talent oratoire dont elle a fait preuve pendant la campagne d'Hillary Clinton a soulevé la question, au sein de l'opinion publique: et si Michelle Obama devenait, un jour, candidate à la Maison Blanche? Si l’intéressée a assuré qu'elle ne ferait jamais carrière dans la politique, elle jouit d'une très forte popularité auprès des Américains.

Son engagement en faveur d'Hillary Clinton a marqué la campagne présidentielle 2016. Discrète pendant de longs mois, Michelle Obama s'est donnée corps et âme dans la dernière ligne droite de la course à la Maison Blanche, pour aider la démocrate à l’emporter, le 8 novembre. Si les efforts de la First Lady ont été vains, la candidate démocrate ayant été battue par Donald Trump, la sincérité et la force de ses discours ont immédiatement séduit les Américains. Pourtant, malgré une popularité au zénith, cette avocate de formation assure ne pas vouloir se lancer dans une carrière politique. Et l'a répété à plusieurs reprises.

Une popularité au sommet

Le 26 juillet dernier, Michelle Obama livre un vibrant plaidoyer en faveur de la candidate démocrate, sur la scène de la convention nationale du parti, à Philadelphie. A la fin de son discours, la foule, qu’elle a réveillée, se lève pour l’applaudir, tandis que les réseaux sociaux bruissent immédiatement en chœur: “Michelle présidente”

Le 13 octobre, c’est son discours passionné, sincère et teinté d’émotion pour condamner les propos sexistes de Donald Trump, prononcé durant un meeting de soutien à Clinton, qui a fait sensation. L’allocution d’une trentaine de minutes a été partagée des dizaines de milliers de fois sur Internet, et unanimement saluée par la presse américaine comme un discours “remarquable” et “puissant”.

La Première dame séduit, bien plus que la candidate Clinton. Comme le souligne Le Monde, Michelle Obama, malgré un engagement fort pour certaines causes, comme la lutte contre l’obésité, n’a jamais été élue à un poste, ni exercé le pouvoir en tant que tel. Ce sont cette posture à l’écart des bassesses de la politique politicienne, et cette image non-écornée, qui lui assurent cette popularité.

Les chiffres sont éloquents: à la mi-octobre, la Première dame recueillait 59% d’opinions favorables auprès des Américains, contre 25% d’opinions négatives, selon un sondage NBC-Wall Street Journal, relayé par Europe 1. Soit une cote de popularité plus forte que celle de son époux ou d’Hillary Clinton. Et la tendance n’est pas nouvelle: une enquête réalisée au milieu du deuxième mandat Obama, en 2014, démontrait que Michelle Obama était plus populaire que Laura Bush et Hillary Clinton, qui l’ont précédée au poste de First Lady. Cette popularité se confirmerait-elle si elle endossait, à son tour, le rôle de femme politique? Rien n’est moins sûr.

Pas de carrière politique

Une popularité, une personnalité, et un talent, qui ont fait que la question d'une éventuelle candidature à la Maison Blanche a souvent été posée à Michelle Obama, par différents journalistes ou interlocuteurs. A chaque fois, l’intéressée a balayé l'idée d’un revers de la main. Un “non” catégorique, qui n'a jamais laissé de place au doute.

Face à l’insistance médiatique, Barack Obama est lui-même intervenu sur cette question. "Non, non. Laissez-moi vous dire qu'il y a trois choses certaines dans la vie: la mort, les impôts et le fait que Michelle ne se présente pas à la présidence. Je peux vous le dire", avait-il martelé, non sans humour, lors d'un déplacement en Louisiane, en janvier dernier.

David Axelrod, l’ancien directeur de campagne de Barack Obama avait confié à la radio américaine, en octobre, qu’il “parierait tout ce qu’il possède” que la First Lady ne serait jamais candidate. Même son de cloche du côté de Neil Sroka, un autre membre de l’équipe de campagne 2008 du président sortant, qui a confié au Guardian qu’il serait “choqué” si Michelle Obama se lançait à son tour en politique. “Il y a une tendance à croire que le passé est un prologue parce que l’ancienne Première dame Hillary Clinton est devenue la figure politique que l’on connaît, mais je ne pense pas que ce soit le cas”, estime-t-il.

Barack et Michelle Obama, en septembre 2016.
Barack et Michelle Obama, en septembre 2016. © Chris Kleponis - AFP

Mise en retrait

Dès lors, que fera Michelle Obama après le 20 janvier 2017? De l’avis de nombreux observateurs, la vie post-Maison Blanche des Obama devrait commencer par une mise en retrait de la vie politique. Si le couple pourrait rester encore un an ou deux à Washington, le temps que leur fille Sasha termine le lycée, la famille devrait ensuite retourner s’installer à Chicago, où Barack et Michelle Obama se sont rencontrés et ont débuté leurs carrières.

Le président sortant, qui devra s’atteler à la construction de sa bibliothèque présidentielle, comme tous ses prédécesseurs, a laissé entendre plusieurs fois qu'il donnerait en tout cas la priorité à sa famille.

“Les Obama sont un couple moderne, et dans l'idéal, Barack Obama aimerait que son épouse, juriste de formation, reprenne une activité professionnelle. On entre de toute façon dans une période où le couple donnera la priorité aux activités de Michelle", faisait valoir à BFMTV.com il y a quelques semaines le spécialiste des Etats-Unis Vincent Michelot.

Une ex-First Lady pleine d'avenir

Reprendre sa carrière d'avocate, qu’elle avait dû abandonner du jour au lendemain? Ecrire un livre? Continuer à défendre les causes qui lui sont chères, comme l’éducation des jeunes filles ou la lutte contre la malbouffe? Endosser un rôle d’ambassadrice au sein de l’ONU, pour l’Unicef par exemple? Autant de scénarii possibles pour l’avenir de la carrière de Michelle Obama, qui attendait ce retour à la liberté. En juillet 2013, la First Lady avait en effet confié considérer la Maison Blanche comme une “très jolie prison”.

Une parenthèse nécessaire, avant de se lancer en politique? Depuis la défaite d'Hillary Clinton, de nombreux électeurs démocrates espèrent voir Michelle Obama changer d'avis sur la question, et placent tous leurs espoirs en elle. En témoigne la popularité du hahstag “Michelle2020”, sur Twitter, pendant les jours qui ont suivi l’élection, certains internautes allant jusqu’à lui imaginer une affiche de campagne.