BFMTV

États-Unis: pour Joe Biden, Colin Powell représentait "les idéaux les plus élevés de la diplomatie et de l'armée"

Colin Powell et Joe Biden en 2002

Colin Powell et Joe Biden en 2002 - SHAWN THEW / AFP

L'ex-secrétaire d'État sous la présidence de George W. Bush est mort de complications liées au Covid-19, a annoncé sa famille ce lundi. L'actuel président américain salue "un patriote à l'honneur et à la dignité inégalés".

Colin Powell, ancien secrétaire d'État américain et chef d'état-major des armées, décédé à 84 ans, représentait "les idéaux les plus élevés de la diplomatie et de l'armée", a salué lundi le président Joe Biden.

L'ex-militaire était "un patriote à l'honneur et à la dignité inégalés" mais aussi "un ami cher", a déclaré le président démocrate.

Colin Powell, mort de complications liées au Covid-19, avait "à maintes reprises fait passer le pays avant lui-même, avant le parti, avant tout le reste" et "cela lui avait valu le respect du peuple américain".

Soutien de Barack Obama, d'Hillary Clinton et de Joe Biden

Il avait pris ses distances avec le parti républicain à partir de 2008, soutenant les candidatures de Barack Obama, Hillary Clinton, puis Joe Biden, qui a dit lui en "être éternellement reconnaissant".

"Ayant brisé les barrières raciales à plusieurs reprises, ouvrant la voie à d'autres", il s'était investi tout au long de sa vie pour la "prochaine génération de dirigeants", a affirmé Joe Biden.

Avocat de la guerre en Irak

Colin Powell a été le premier Afro-Américain et l'homme le plus jeune à occuper le poste de chef d'état-major des armées de 1989 à 1993, avant de devenir le premier secrétaire d'Etat noir sous la présidence républicaine de George W. Bush.

Avocat de la guerre en Irak, il avait fait le 5 février 2003, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, une longue allocution sur les armes de destruction massives (ADM) prétendument détenues par l'Irak, des arguments qui ont servi à justifier l'invasion du pays.

Il a admis par la suite que cette prestation était une "tache" sur sa réputation: "C'est une tache parce que je suis celui qui a fait cette présentation au nom des Etats-Unis devant le monde, et cela fera toujours partie de mon bilan."
Fanny Rocher