BFMTV

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une débâcle annoncée pour Obama

Pour cette élection de mi-mandat, les démocrates souffrent de l'impopularité d'Obama.

Pour cette élection de mi-mandat, les démocrates souffrent de l'impopularité d'Obama. - Spencer Platt - AFP

VIDEO - Les Américains votent ce mardi pour renouveler le Congrès et un tiers du Sénat. Les sondages prévoient la victoire des Républicains. Dans cette hypothèse, Barack Obama devrait terminer son mandat, mains liées, sans l’aide de sa majorité.

Il suffira de six sièges aux Républicains pour ravir la majorité au Sénat. C'est tout l'enjeu de ces midterms, les élections de mi-mandat qui se déroulent ce mardi aux Etats-Unis.

Conséquence directe pour Barack Obama: si le Sénat bascule, il devra composer avec une cohabitation jusqu'à la fin de son mandat en 2016. En effet, le parti conservateur contrôle déjà la Chambre des représentants et devrait même asseoir sa majorité dans cette chambre.

Un président impopulaire

Traditionnellement, les électeurs démocrates sont moins nombreux à se déplacer lors de ces midterms. La faute aussi à l’impopularité du Président Obama qui ne bénéficie pas de la reprise du marché du travail ni de la croissance du pays. Seule 40 % de la population se dit satisfaite de sa politique. Pendant la campagne, des candidats démocrates ont même tourné le dos à Barack Obama pourtant de la même étiquette politique, affichant des slogans comme "I’m not Obama", "Je ne suis pas Obama".

Le basculement du Congrès en faveur des Républicains ne facilitera pas la tâche du Président américain. La majorité républicaine pourrait bloquer et ralentir ses réformes, notamment sur l’immigration et l’environnement. Barack Obama dispose malgré tout d’un droit de veto pour empêcher des projets voulus par les Républicains.

Une élection défavorable aux présidents

Barack Obama n’est pas le seul Président à souffrir lors de ces élections de mi-mandat. Avant lui, George W. Bush en 2006, Bill Clinton en 1994 et Ronald Reagan en 1986 avaient eux aussi perdu le Congrès en cours de mandat. Cette année, les Républicains ont fait de cette élection, la plus chère de l'histoire des Etats-Unis, un référendum contre le président Obama. En cause notamment, le coût d’"Obamacare", sa réforme du système de santé.

La composition définitive du Congrès pourrait ne pas être connue ce mardi soir, car deux Etats ont prévu d'organiser un second tour en décembre et janvier si aucun candidat n'obtient de majorité absolue. Le nouveau Congrès siégera à partir du 3 janvier prochain.

Carole Blanchard