BFMTV

Coronavirus: malgré le rebond de l'épidémie, les États-Unis célèbrent leur fête nationale

Malgré l'accélération du nombre d'infections au Covid-19 ces derniers jours aux Etats-Unis, la fête de l'indépendance du 4-Juillet doit se tenir ce week-end. Présent au Mont Rushmore ce vendredi, Donald Trump est resté très discret sur la pandémie.

Les Américains célèbrent leur fête nationale dans un contexte particulier, alors que l'épidémie de coronavirus s'accélère dans le pays. Plus de 53.000 personnes supplémentaires ont été contaminées par le Covid-19 dans le pays ces dernières 24 heures, selon un comptage de l'université Johns Hopkins jeudi.

Les festivités du 4 -Juillet, aux Etats-Unis, sont traditionnellement marquées par des réunions familiales ou de grands rassemblements pour assister aux feux d'artifices. Mais lors de ce week-end animé, les autorités redoutent une propagation du virus, qu'elles admettent ne pas contrôler totalement.

Trump très discret au sujet du coronavirus

Pour fêter l'indépendance des Etats-Unis, le président Donald Trump a assisté vendredi avec sa femme Melania Trump à des feux d'artifice au Mont Rushmore, haut lieu touristique du Dakota du Sud, où les têtes d'anciens présidents ont été taillées dans le granite, rapporte la chaîne américaine CNN.

Nous allons dire la vérité telle qu'elle est, sans nous excuser: les Etats-Unis d'Amérique sont le pays le plus juste et le plus exceptionnel ayant jamais existé sur la Terre", a-t-il lancé. En plein débat sur les symboles de l'Histoire du pays, et alors que des statues de généraux confédérés ont été mises à terre par des manifestants antiracistes, il a dénoncé "une campagne visant à effacer notre histoire, diffamer nos héros, supprimer nos valeurs et endoctriner nos enfants". Mais "les Américains sont forts et fiers", a-t-il lancé.

Le milliardaire, qui laisse son vice-président Mike Pence en première ligne face au spectaculaire rebond de l'épidémie, n'a pas caché son enthousiasme pour cet événement auquel des milliers de personnes ont assisté dans une ambiance estivale, sous un ciel sans nuages. Mais il n'a que très brièvement évoqué la résurgence de cas de Covid-19 dans le sud et l'ouest qui "met tout le pays en danger" selon les termes d'Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses.

La résurgence du virus "met tout le pays en danger"

Avant ce long week-end férié, l'ancien président démocrate Barack Obama a, lui, appelé à un sursaut. "Vaincre ce virus demandera la mobilisation de tous. Portez un masque. Lavez-vous les mains", a-t-il tweeté. "Et écoutez les experts, pas ceux qui essayent de nous diviser."

Avec 55.000 nouveaux cas en 24 heures dans le pays, le bilan a encore battu un record vendredi. Au total, 2,7 millions le nombre total de personnes ont été testées positives depuis le début de l'épidémie. Le nombre d'infections est en hausse constante dans 36 Etats américains, et la Californie, l'Arizona, le Texas et la Floride ont alerté face à des bilans records ces derniers jours. Plusieurs Etats ont d'ailleurs mis leur déconfinement sur pause, voire fait machine arrière, refermant à la hâte bars et plages.

"Nous remarquons, dans le sud-ouest, une hausse du nombre de cas parmi les personnes testées", a déclaré à CNN le Pr Jonathan Reiner de l'université George Washington. "Cela ne fait aucun doute. Le virus se propage dans une grande partie du pays". Selon le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses Anthony Fauci, la résurgence de l'épidémie dans le sud et l'Ouest des Etats-Unis "met tout le pays en danger".

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV