BFMTV

Aux États-Unis, la dépénalisation du cannabis fait consensus

Alors que le débat sur la dépénalisation du cannabis est relancé en France, aux États-Unis plusieurs États l'ont légalisé ou dépénalisé. Le changement semble bien ancré dans le pays et ne soulève pas de débat pour les candidats à la présidentielle.

Pas question de revenir en arrière. Aux États-Unis, la légalisation du cannabis semble être devenue un mouvement irréversible. Selon les sondages, 58% des américains sont favorables à cette légalisation.

La légalisation ou la dépénalisation n'existe pas au niveau fédéral mais peut être décidée par les États. Progressivement depuis 2014, l'usage récréatif a ainsi été autorisé dans quatre États à partir de 21 ans (Colorado, Washington, Oregon et Alaska) tandis que désormais l'usage médical du cannabis est permis dans 23 autres avec des conditions d'encadrement parfois différentes, selon les États. 

Unanimité des candidats à la présidentielle

Ce consensus autour du cannabis s'exprime notamment dans la campagne pour la primaire en vue de la présidentielle. Chez les républicains comme chez les démocrates, aucun candidat ne propose de revenir en arrière. Si Bernie Sanders souhaite aller encore plus loin en permettant une légalisation au niveau fédéral, tous approuvant au moins une utilisation du cannabis à des fins médicales. 

Deux ans après le début de ce mouvement, il est encore un peu tôt pour tirer un bilan sur la dépénalisation du cannabis dans le pays. Pour l'heure la criminalité n'a pas augmenté, la consommation n'a pas non plus explosé. Les autorités ont noté une augmentation des accidents de la route mais pas des accidents mortels. 

L'opération est en tout cas une bonne affaire pour les finances publiques. Les taxes et les licences remplissent les coffres des États. Dans le Colorado, les taxes engendrées par les ventes de cannabis ont rapporté 50 millions de dollars l'année dernière.

C. B avec Jean-Bernard Cadier