BFMTV

A son mariage, elle tient le bras de celui qui a reçu le cœur de son père

Son père, décédé brutalement il y a dix ans, n'était plus là pour lui tenir le bras. La future mariée a alors demandé à l'homme qui a reçu le cœur de son père de l'accompagner à l'autel. Une cérémonie émouvante.

C'est une histoire émouvante. Pour son mariage, une Américaine a demandé à l'homme qui s'était fait transplanter le cœur de son père de l'accompagner à l'autel. La noce a eu lieu début août, en Pennsylvanie, dans le nord-est des Etats-Unis. Et Jeni Stepien a, comme elle le souhaitait, traversé l'église au bras de celui qui est en vie grâce à son père.

Il y a dix ans, Michael Stepien, 53 ans, a été tué d'une balle dans la tête lors d'un vol à main armée à la sortie du restaurant où il travaillait. Devant l'inévitable, sa famille avait décidé de faire don de ses organes. Arthur Thomas, un père de famille de quatre enfants âgé de 62 ans, dans le New Jersey, et atteint d'une grave maladie cardiaque, avait reçu son cœur. Les deux familles avaient exceptionnellement été autorisées à échanger leurs coordonnées.

"Avoir un peu de mon père à la cérémonie"

Depuis, elles s'écrivaient régulièrement, s'adressaient des cartes de vœux et même des cadeaux lors des anniversaires. Mais elles ne s'étaient encore jamais rencontrées.

A l'approche de son mariage, Jeni Stepien, la fille du donneur, souhaitait "avoir un peu de (son) père à la cérémonie", a-t-elle raconté au New York Times. Son futur époux lui conseille alors de demander à Arthur Thomas de l'accompagner à l'autel. Il accepte.

"Elle a mis sa main sur mon cœur"

"Il y a deux mois environ j'ai reçu une lettre de Jeni", a expliqué à CBS le retraité aux cheveux blancs. "Elle disait: 'Je suis la fille de la personne dont le cœur est dans votre corps et je me demandais si vous et votre femme Nancy voudriez venir à mon mariage. J'aimerais que vous m'accompagniez à l'autel'. J'étais soufflé. J'ai pensé que c'était parfait qu'elle veuille le cœur de son père présent pour son mariage."

Tous deux se sont rencontrés la veille de la cérémonie, pour la répétition. "On s'est pris dans les bras et j'ai mis ma main sur mon poignet: mon pouls est assez fort, donc je lui ai demandé si elle voulait le sentir. Puis elle a mis sa main sur mon cœur. C'était un très beau moment, très chaleureux." Le jour de la cérémonie, tous deux ont même dansé, comme un père et une fille.
Céline Hussonnois