BFMTV

En privé, Trump affirme vouloir exécuter les dealers de drogue

Donald Trump lors d'un dîner de gala à la Maison Blanche, le 26 février 2018.

Donald Trump lors d'un dîner de gala à la Maison Blanche, le 26 février 2018. - Saul Loeb - AFP

Dans ses discussions privées avec des membres de son administration, le président américain se dirait très inspiré par les méthodes radicales mises en place en matière de lutte contre le trafic de drogue dans certains pays asiatiques, comme Singapour.

S'inspirer des méthodes les plus expéditives mises en place en Asie? C'est ce que semble vouloir faire Donald Trump pour lutter contre le trafic de drogue. Selon une enquête du site américain Axios, le président américain confierait, en privé, sa volonté d'exécuter les gros dealers de drogue. Et D'après plusieurs sources citées par ce site, Donald Trump se dirait admiratif des pratiques radicales mises en place par Singapour ou encore les Philippines, pour éradiquer les trafics.

"Aussi dangereux que les tueurs en série"

Le président des Etats-Unis cite ainsi régulièrement des pays asiatiques comme des références sur ce sujet. "Il plaisante souvent à propos de l'exécution des trafiquants de drogue. Il dit 'vous savez, les Chinois et les Philippins n'ont pas de problème avec la drogue. Ils les tuent'", a ainsi confié à Axios un membre haut-placé de l'administration Trump. "Il dit 'quand je demande au Premier ministre de Singapour s'ils ont un problème avec la drogue, il dit 'Non. Peine de mort'", rapporte encore cette source. 

Des propos confirmés par cinq autres sources, qui ont évoqué ce sujet avec le président. Selon elles, ce dernier répète régulièrement que les trafiquants de drogue sont aussi dangereux que les tueurs en série, et devraient tous être condamnés à mort. Ainsi, Donald Trump aurait dit rêver d'une loi qui permettrait d'exécuter tous les trafiquants de drogue américains, tout en reconnaissant qu'il sera compliqué, voire impossible, d'obtenir une loi aussi dure aux Etats-Unis. 

Le président américain répéterait également à ses équipes qu'une approche légère sur la question du trafic de drogue ne mènera à aucun résultat.

Une approche "plus nuancée" 

Interrogée sur la question, Kellyane Conway, conseillère auprès de Donald Trump, affirme que la position du président sur les trafiquants de drogue est plus nuancée que cela. Selon elle, le républicain ne veut la peine de mort que pour les plus gros trafiquants "qui tuent des milliers de gens". Il souhaiterait en outre renforcer les punitions prévues par la loi pour les dealers fournissant des substances très fortes, comme le fentanyl, capable de tuer à très faible dose. 

Toujours selon Axios, Donald Trump et ses conseillers discuteraient de l'éventualité de copier certains aspect de la loi en vigueur à Singapour, tels que le renforcement de la prévention anti-drogue dans les écoles. La cité-Etat du sud-est asiatique applique en matière de drogue une tolérance zéro, et prononce généralement la peine de mort à l'encontre des trafiquants.

Quant aux Philippines, également citées en exemple par le président américain, elles ont mis en place une politique ultra-répressive et ultra-violente, sous l'impulsion du président Rodrigo Duterte. Arrivé au pouvoir en juin 2016, il avait ouvertement appelé à tuer les trafiquants de drogue. Cette politique d'éradication avait suscité l'admiration de Donald Trump, qui avait personnellement félicité son homologue. 

Adrienne Sigel