BFMTV

L'antisèche de Trump pour savoir s'adresser à des rescapés de fusillades

Les notes de Donald Trump, le 21 février 2018, face aux rescapés de fusillades.

Les notes de Donald Trump, le 21 février 2018, face aux rescapés de fusillades. - Capture d'écran Twitter ; montage BFMTV

Alors que Donald Trump recevait mercredi à la Maison Blanche des rescapés ou proches de victimes de tueries de masse perpétrées dans des écoles américaines, une photo en gros plan a permis de dévoiler le contenu des notes préparées par ses conseillers. Des indications très simples lui rappelaient de faire preuve d'empathie avec ses interlocuteurs.

Quelques notes griffonnées au feutre noir, sur un petit carton floqué "Maison Blanche". Mercredi, pour s'exprimer face à des rescapés et parents de victimes de tueries de masse perpétrées dans des écoles, une semaine après la fusillade meurtrière dans un lycée de Floride, Donald Trump avait sur lui un pense-bête très basique, pour lui rappeler les points à ne surtout pas oublier.

Plusieurs photos prises par des journalistes sur place, au téléobjectif, ont permis de distinguer précisément ce qui était écrit sur ces quelques feuilles, que le président américain tenait entre ses mains. Or, leur contenu n'est pas très flatteur pour un chef d'Etat régulièrement critiqué pour son manque d'empathie. 

Une liste de points à ne pas oublier 

Mercredi après-midi, Donald Trump recevait dans un vaste salon de la Maison Blanche des élèves de différentes écoles endeuillées par les armes et des parents de victimes, pour une discussion consacrée à la violence par armes à feu dans les écoles américaines, et les moyens d'y remédier. Le président, qui a notamment évoqué la possibilité d'armer les professeurs, a donc écouté les témoignages de ces victimes, assises en arc-de-cercle autour de lui.

Une séquence que l'équipe de Donald Trump avait pris soin de préparer, à l'aide de quelques notes sur lesquelles le président pourrait s'appuyer pour cet échange. Y étaient listés les points à ne surtout pas oublier, numérotés et annotés au feutre noir sur un petit carton blanc estampillé "Maison Blanche", et sur lequel les photographes de presse ont pris soin de zoomer. 

"Je vous entends"

Le premier point rappelait ainsi au président américain de poser à ses interlocuteurs cette question basique: "Que voulez-vous que je retienne le plus de votre expérience?". Le point numéro 5, lui, est encore plus surprenant. Il dit à Donald Trump de dire aux victimes en présence qu'il "les entend".

Autrement dit, et comme le souligne le Washington Post, au moins deux des cinq points visibles de ces notes visaient à s'assurer que Donald Trump fasse simplement preuve d'empathie et de compassion, face à ces Américains qui ont survécu et assisté à ces massacres, ou ont perdu un proche, mais aussi qu'il montre qu'il est à leur écoute.

Selon les photos, d'autres points du pense-bête sont lisibles. Le point numéro 2 rappelait au président de demander à ses interlocuteurs "ce que le gouvernement peut faire pour qu'ils se sentent en sécurité". Le point 4, lui, n'était constitué que de deux mots, accompagnés de points d'interrogations: "Ressources? Idées?".

Un président qui manque de compassion

Ces notes interpellent pour deux raisons. Tout d'abord pour leur caractère extrêmement basique, puisque les points n'abordent que des questions plutôt banales. Mais aussi parce qu'elles rappellent à Donald Trump de faire preuve d'empathie, un sentiment pourtant naturel et attendu de la part d'un président se retrouvant face à des victimes de tueries de masse. 

Un détail qui témoigne du manque de compassion de l'ancien homme d'affaires devenu chef d'Etat, point sur lequel Donald Trump est régulièrement critiqué dans ses réactions à des événements tragiques. Ses mots sont en effet généralement destinés en priorité aux premiers intervenants et forces de l'ordre, qu'il félicite pour avoir agi rapidement. Et il est fréquent de le voir posant tout sourire sur les photos, aux côtés des blessés.

C'est notamment ce qu'il a fait samedi dernier, lorsqu'il s'est rendu au chevet des victimes de la fusillade en Floride. Très souriant et le pouce levé sur les photos prises avec les blessés et le personnel soignant, Donald Trump a fait un passage éclair à l'hôpital, avant de finir le week-end dans sa résidence de Mar-a-Lago, où il a l'habitude de s'adonner au golf, pendant que les parents des victimes enterraient leurs morts, comme l'a souligné le Daily News sur sa une choc

Une attitude jugée obscène par de très nombreux Américains, qui l'ont comparée avec la tristesse et l'empathie affichées par Barack Obama lorsqu'il se retrouvait confronté à de telles tragédies. 

Adrienne Sigel