BFMTV

Charlottesville: un compte Twitter traque l'identité des militants racistes

Des néo-nazis et des membres de "l'all-right" affrontent des contre-manifestants, samedi 12 août à Charlottesville, en Virginie

Des néo-nazis et des membres de "l'all-right" affrontent des contre-manifestants, samedi 12 août à Charlottesville, en Virginie - CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Sur Twitter, "Yes, You're Racist" traque les manifestants d'extrême droite qui ont participé au rassemblement violent ce samedi, afin de les exposer sur les réseaux sociaux.

Le compte Twitter "Yes, You're Racist" a été très actif ce week-end. Quelques heures après le rassemblement de militants d'extrême droite à Charlottesville, ce samedi, l'utilisateur du compte a recherché l'identité des manifestants néo-nazis et suprémacistes blancs, afin de les exposer sur les réseaux sociaux.

James Fields est l'un d'entre eux. Âgé de 20 ans, cet Américain est accusé d'avoir foncé volontairement dans la foule de militants anti-racistes -venus s'opposer à la manifestation- au volant d'une voiture. Percutée par le véhicule, une femme de 32 ans a été tuée.

En photo avec des hommes politiques

Depuis, le compte "Yes, You're Racist" fouille dans les tréfonds d'Internet pour mettre un nom sur les visages des participants au rassemblement du 12 août.

"Si vous reconnaissez n'importe lequel de ces nazis qui ont manifesté à Charlottesville, envoyez-moi leurs noms/profils et je les rendrai célèbres", a lancé l'utilisateur du compte. Son message a été partagé plus de 37.000 fois.

Aidé par des internautes, "Yes, You're Racist" n'a pas tardé à retrouver leur identité, photos à l'appui. Sur certaines d'entre elles, des manifestants posent à côté de figures politiques conservatrices, remarque l'utilisateur du compte Twitter, dénonçant des liens éventuels entre ces militants racistes et certains politiciens.

"Et voici la photo de Peter Cvjetanovic (l'homme en colère avec la torche) avec le sénateur (républicain, NDLR) Dean Heller", constate "Yes, You're Racist".

On dirait que Jason Kessler, le suprémaciste blanc qui a organisé le rassemblement, a rencontré le député républicain Tom Garrett", écrit encore le compte Twitter.

Sur les autres publications, il expose principalement les noms, les profils, les villes et les emplois des manifestants.

James Fields, l'individu accusé d'avoir foncé dans la foule des opposants, est également repéré parmi les militants.

Il est en fait au milieu des membres de Vanguard America, l'un des groupes organisateurs du rassemblement, précise L'Express.

Un militant licencié?

Cette traque virtuelle n'est pas sans conséquence. Le compte "Yes, You're Racist" affirme ainsi que l'un des militants qu'il a identifié a depuis été licencié par son employeur.

Plusieurs personnes ont critiqué la démarche entreprise par ce compte Twitter. "Exposer les gens juste pour ce qu'ils croient n'est pas une bonne idée. Je ne suis pas un partisan des suprémacistes blancs mais laisser les gens penser ce qu'ils veulent c'est ce qu'on essaie d'accomplir de nos jours", regrette un internaute. D'autres évoquent des "dénonciations".

Créé en 2012, "Yes, You're Racist" se donne pour mission "d'exposer le racisme ordinaire sur Twitter". À chaque fois qu'un internaute débute son tweet par "je ne suis pas raciste mais...", le compte vient lui rappeler que cette tournure est justement raciste, expliquait L'Obs en 2013.

Juliette Pousson